LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

IMS Luxembourg a publié son 2ème baromètre «Diversité & Entreprise Lëtzebuerg»

La gestion de la diversité occupe un nombre croissant d’entreprises au Luxembourg: elles sont plus de 150 à adhérer à la charte de la diversité Lëtzebuerg et parmi elles, 132 ont pris part au 2ème baromètre «Diversité & Entreprise Lëtzebuerg» présenté hier. Premier constat, l’égalité hommes-femmes (91%), l’équilibre vie privée/vie professionnelle (77%) et les langues parlées (69%) sont les trois sujets les plus traités dans la politique de diversité des entreprises. «L’orientation sexuelle et la situation familiale sont en augmentation», note Nicolas Poussing du LISER.

Le «Luxembourg Institute of Socio-Economic Research» a collaboré avec le Comité pour la Charte de la Diversité Lëtzeburg pour réaliser ce deuxième coup de sonde. Il dresse ainsi un panorama des opérations réalisées, évalue les modifications de la politique de diversité pour les structures qui avaient déjà pris part à la première étude en 2014 et identifie les actions à mener. Si l’échantillon est passé de 85 à 132 sociétés, il reste toutefois réduit face aux 32.635 entreprises recensées par le Statec en début d’année. Néanmoins, elles représentent 15% de la population active du Luxembourg et emploient 53.580 salariés selon les données d’IMS Luxembourg.

Prise de conscience palpable

Le réseau de promotion de la responsabilité sociétale des entreprises salue la prise de conscience des organisations quant à l’importance d’une gestion efficiente de la diversité. Près d’une firme signataire sur deux a déjà élaboré un plan d’action et plus de six sur dix ont mis en place un cadre de travail propice à la concrétisation d’une politique de gestion de la diversité. En guise d’exemple, la commune de Strassen a publié un «Welcome Book» en français, en allemand et en anglais à destination des nouveaux résidents. Quant au Statec, il a installé une salle d’allaitement pour concilier plus facilement la vie professionnelle et la vie familiale. Aussi, 55% des signataires disent remarquer des améliorations au niveau de l’innovation et de la créativité.

Difficultés pour les petites structures

«Les entreprises qui recrutent de manière diversifiée fonctionnement mieux», assure la ministre de la Famille et de l’Intégration Corinne Cahen. Et d’ajouter: «Quand on vit la diversité de façon proactive, on sait que l’entreprise fonctionne beaucoup mieux». Il n’empêche, l’étude montre aussi que les petites structures éprouvent davantage de difficultés à mettre en œuvre une politique de diversité. Celle-ci est généralement impulsée par les dirigeants (66%), devant les gestionnaires des ressources humaines (40%) et le management (34%). Pour ce qui est de la démarche diversité en entreprise, les gestionnaires des ressources humaines sont le plus souvent en charge du dossier (41%) devant la direction (34%). Néanmoins, IMS Luxembourg constate un regain d’implication de sa part puisqu’en 2014, seules 23% des entreprises sondées ont reconnu que la direction se chargeait de ce dossier.

Et pour continuer à promouvoir la diversité en entreprise, IMS Luxembourg fixe d’ores et déjà rendez-vous le 11 mai 2017 pour le prochain «Diversity Day». Cette grande journée d’action se clôturera par la remise des «Diversity Awards». À ce propos, les candidatures s’ouvriront ce jeudi 1er décembre.


www.chartediversite.lu