LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

La baisse du prix des produits pétroliers et le

Le coût de la vie évolue au ralenti, et ce n’est pas l’Observatoire de la formation des prix qui le contredira. L’organisation a publié hier son analyse de l’évolution de l’inflation au Luxembourg pour le premier semestre avec un constat: l’inflation a reculé à 0,26% durant les six premiers mois de l’année, contre 0,98% pour la même période l’an passé. Deux éléments majeurs ont pesé sur la tendance: d’une part, la baisse du prix des produits pétroliers et de l’autre, la hausse de la TVA au 1er janvier qui s’est surtout fait ressentir dans l’Horesca. Bref, deux tendances contraires qui ont poussé à la stagnation.

Dans le détail, l’inflation sous-jacente (hors produits pétroliers) a atteint 1,27% au premier semestre. En recul, ce taux reste néanmoins au-dessus de l’ensemble des biens et services. En se basant sur les données du Statec, l’Observatoire de la formation des prix souligne que les prix ont baissé de 1,16% pour les communications ; ils ont par contre gonflé de 3,69% dans l’Horesca. En cause, la hausse de la TVA qui, sur les boissons alcoolisées, est passée de 3% à 17% au 1er janvier dernier. A y regarder de plus près, les plus forts mouvements de variation reviennent justement aux boissons alcoolisées (y compris vin et bière), dont le prix a bondi de 14,92% entre le premier semestre 2014 et le premier semestre 2015. A l’inverse, les combustibles liquides ont vu leurs prix plonger de 21,40% sur la même période.

Le Luxembourg devant les pays voisins

En comparaison avec les pays voisins, le Luxembourg affiche le plus fort taux d’inflation. Ce dernier est en effet de 0,16% en Belgique, 0,13% en Allemagne et stagne (+0,01%) en France. Dans la zone euro, il se replie même de 0,06% et de 0,08% dans l’Union européenne. Si la Belgique affiche la plus forte hausse des prix pour les produits alimentaires (+0,41%), les boissons alcoolisées et le tabac (+3,34%) et les vêtements et chaussures (+0,85%), le Luxembourg voit le prix des meubles et équipements ménagers (+1,20%), des loisirs (+0,79%) et des hôtels, restaurants et cafés (+3,69%) signer les plus grandes variations. A noter toutefois que «les différences de comportement national en matière de consommation influencent considérablement la composition et le poids des catégories et sous-catégories présentes dans les IPCH nationaux», souligne l’Observatoire de la formation des prix. Pour ce qui est des contributions à l’inflation, l’horesca mène la danse dans la zone euro, en Belgique, en France et au Luxembourg.

A l’inverse, les transports affichent logiquement les baisses les plus sensibles dans les pays voisins, à l’exception de la Belgique où les logements et les charges liées y marquent une contraction de 0,45%.