LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

La chaîne de prêt-à-porter a demandé un sursis de paiement aux Pays-Bas

La direction des 130 filiales néerlandaises de MS Mode a fait part hier de la demande d’un sursis de paiement aux Pays-Bas, le marché domestique de la chaîne de prêt-à-porter. Des «discussions sont en cours avec des parties intéressées à reprendre (des entités de) MS Mode», selon un communiqué du groupe qui compte près de 400 magasins aux Pays-Bas, en Belgique, en France, en Allemagne, en Espagne et au Luxembourg.

MS Mode est en effet présent dans cinq points de vente à Pommerloch, à Huldange (Clervaux), Ettelbrück, Esch-sur-Alzette et Luxembourg-Ville. Ces magasins emploieraient au total une trentaine de salariés à mi-temps selon les estimations fournies par l’une des gérantes contactée par nos soins. Pour l’instant, le sursis de paiement n’a pas de conséquence sur l’activité des magasins.

Un segment particulier, mais un marché sous tension

Au total, MS Mode emploie 2.300 salariés dont 660 aux Pays-Bas. L’enseigne est spécialisée dans les vêtements pour les femmes de grande taille, allant du 40 au 54. Mais comme beaucoup de sociétés actives dans le secteur de l’habillement, elle est victime de la concurrence d’Internet et du contexte actuel marqué par une baisse de la fréquentation des centres commerciaux et des artères commerçantes.

MS Mode fait partie de Coolinvestments, un groupe détenu par la famille Kahn, fondatrice de l’enseigne CoolCat. Cette enseigne figure naturellement dans son portefeuille, aux côtés d’America Today. Coolinvestments est également actif sur le segment de l’immobilier avec une série de biens situés dans des rues commerçantes fréquentées du Benelux, de l’Allemagne et des Etats-Unis. Dans une moindre mesure, il est également actif dans une série d’investissements directs et indirects ainsi que dans la vente de gros, avec la marque de lingerie Sapph et Online Design, spécialisé dans les costumes.