LUXEMBOURGCATHERINE KURZAWA & SVEN WOHL

L’abonnement au service de vidéo à la demande est lancé depuis hier au Luxembourg

Les rumeurs d’une arrivée le 19 septembre ont bel et bien été confirmées: Netflix est désormais disponible en Belgique et au Luxembourg, et étend ainsi sa présence en Europe avec quelque treize pays différents. En pratique, l’utilisateur désireux de souscrire au service du groupe américain s’inscrit sur son site web et choisit sa formule d’abonnement, qui varie de 7,99 euros pour un écran et une qualité d’image standard à 11,99 euros par mois pour quatre écrans en simultané et une qualité Ultra HD 4K.

Offre en évolution

Le catalogue comporte beaucoup de films américains mais aussi des productions allemandes et pas mal de programmes issus de la BBC. Les enfants ne sont pas oubliés avec de nombreux dessins animés.

Notons que les deux premières saisons de la célèbre série produite par Netflix «House of Cards» sont disponibles dans l’offre luxembourgeoise, contrairement à la France où l’exclusivité d’un autre opérateur prévaut. Quoi qu’il en soit, l’opérateur annonce un catalogue «en constante évolution.»

Les personnes friandes des dernières nouveautés du grand et du petit écran risquent de rester sur leur faim: la plupart des films disponibles ont au moins deux ans. Par contre, les amateurs d’anciennes productions se réjouiront de retrouver leurs programmes. Bref, Netflix porte un coup au marché des DVD et autres Blu-Ray, mais ne remplace pas le cinéma. «Nous sommes fiers d’apporter la télévision du futur en Belgique et au Luxembourg», a annoncé le co-fondateur et CEO de Netflix, Reed Hastings.

Une arrivée pour un départ

Et si l’arrivée de Netflix réjouit les fans du petit écran, c’est nettement moins le cas des autorités. Dans son communiqué, le groupe a confirmé le déménagement de son siège européen du Luxembourg aux Pays-Bas d’ici janvier 2015. La nouvelle règlementation en matière de TVA sur le commerce électronique apparaît comme l’élément déclencheur de cette décision.

Il faut dire que la direction de Netflix a toujours eu l’art de flairer les bons filons et d’être présent au bon endroit au bon moment. Pour la petite histoire, Reed Hastings est membre du conseil d’administration de Facebook, le Chief Production Officer Neil Hunt siège pour sa part chez Logitech tandis que le Chief Content Officer Ted Sarandos est membre de nombreux organismes actifs dans la production audiovisuelle. Voilà qui permet au groupe de cerner le marché sous bien des angles et de répondre au mieux à la demande. Car en plus d’être un distributeur, Netflix est un producteur de programmes dont certains primés. C’est le cas de «House of Cards», «Orange is the new black» et le documentaire «The Square». Désormais disponible dans 47 pays, Netflix compte plus de 50 millions d’abonnés dans le monde et la machine ne semble pas prête de s’arrêter.


www.netflix.com