LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

SES a publié ses résultats hier et poursuit sa politique de transformation

Les temps sont durs pour l’opérateur de satellites luxembourgeois qui poursuit sa politique de transformation confirmé par le PDG Steve Collar: «Nous sommes en train de transformer nos activités à l’interne et à l’externe, de réoutiller l’organisation pour répondre à la forte demande de services de bout en bout, de gérer les coûts opérationnels tout en élargissant nos compétences et nos capacités pour stimuler la croissance. L’accent mis depuis 2018 sur le contrôle des flux de trésorerie et des coûts se poursuivra et s’accélérera en 2019.

SES a ainsi publié mercredi par communiqué ses chiffres de l’année 2018. Le chiffre d’affaires est en recul de 1,22%, soit 2.010,3 millions d’euros, contre 2.035 en 2017, déjà en recul par rapport à 2016. La marge d’EBITDA est également en repli, 62,5% en 2018 contre 65,1% l’année précédente. Il est publié à 63% à périmètre comparable. Le résultat net est également en net recul, 292,4 millions d’euros contre 596,1 millions en 2017. Le Conseil d’administration propose ainsi un dividende 2018 par action de catégorie A de 0,80 euros, inchangé depuis 2017.

Deux tiers du chiffre d’affaires par la vidéo

Du côté des activités du groupe, SES a été marqué par l’aéronautique, avec de nouvelles mises en service: «L’aéronautique a été le segment qui s’est démarqué en 2018 avec l’entrée en service du SES-15 en début d’année, tandis qu’en croisière, nous avons consolidé notre position de leader avec des contrats importants avec Carnival, MSC et Genting. Nos activités au sein du gouvernement américain ont connu une forte croissance grâce à l’adoption massive de l’O3b, y compris la signature d’une convention générale d’achat», a poursuivi le PDG.

Mais parmi les activités du groupe, c’est toujours la vidéo qui représente deux tiers du chiffres d’affaires de SES, en engrangeant de nouveaux contrats en 2018, malgré un marché jugé difficile: «Nous avons signé de nouveaux clients et de nouvelles plateformes tout en obtenant d’importants renouvellements dans nos principales positions, notamment avec Viacom, M7, QVC et Channel 4 en Europe ainsi qu’avec Comcast en Amérique du Nord», explique Steve Collar.Le groupe poursuit son déploiement mondial avec la signature de contrats de nouvelles plateformes DTH dans les Caraïbes et en Europe orientale. A noter également un service HD+ en Allemagne qui s’est développé avec l’ajout d’une chaîne Ultra Haute Définition de RTL.

C’est sur ces notes positives que le PDG a voulu tourner l’année 2019 à venir, après une année 2018 solide: «2019 sera une autre année importante pour SES, car nous cherchons à tirer parti d’une année 2018 forte».