LUXEMBURG
MARIE-LOUISE ASHWORTH

Parmi les objectifs établis par l’ONU pour améliorer la situation globale dans le monde, le numéro cinq est dédié à l’égalité entre les sexes. L’égalité des sexes n’est pas seulement un droit fondamental de la personne, mais aussi un fondement nécessaire pour l’instauration d’un monde pacifique, prospère et durable. Malheureusement, à l’heure actuelle, une femme et une fille sur cinq âgées de 15 à 49 ans déclarent avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles par un partenaire intime sur une période de 12 mois et 49 pays ne disposent actuellement d’aucune loi protégeant les femmes. Des progrès sont en cours concernant les pratiques préjudiciables telles que le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines (MGF), qui ont diminué de 30% au cours de la dernière décennie, mais il reste encore beaucoup à faire pour les éliminer. Au Luxembourg, «The Network» œuvre pour développer le réseau de femmes professionnelles et pousse à leur autonomisation.

«Même un pays riche et culturellement diversifié comme le Luxembourg n’a pas clôturé le fossé en matière d’égalité... Vous sentez-vous comme moi? Frustrée. Je suis stupéfaite qu’aucun pays de l’Union européenne ne soit parvenu à l’égalité des genres. Si je ne me trompe pas, seule l’Islande s’en approche dans le domaine de la participation et des possibilités économiques, du niveau d’instruction, de la santé et la survie, et l’autonomisation en politique.

Nous comprenons qu’il existe partout des obstacles critiques, alors comment les pays pourront-ils s’engager au niveau national? Et atteindre l’objectif de l’ONU de combler l’écart d’ici 2030? Est-ce réalisable?

Au sein de «The Network», nous sommes conscients que tout le monde profiterait d’une société plus égalitaire entre les genres. Pouvons-nous envisager un monde où toutes les femmes et les filles, tous les hommes et tous les garçons et ceux sans genre affilié peuvent vivre ensemble sur un pied d’égalité?

«The Network» croit que le fait de s’unir d’une seule voix autour de certains de ces défis et objectifs communs, nous permettra d’améliorer et d’offrir à tous les membres une plate-forme plus solide pour faire progresser notre compréhension, alors que nous nous efforçons d’atteindre les objectifs de l’ONU. Ensemble, nous POUVONS y arriver.»