LUXEMBOURG
LJ

Innpact fête ses dix ans: la finance pour un impact sociétal et environnemental

L‘aventure a commencée en 2007 ans lorsque deux cadres de banque expérimentés, Patrick Goodman et Arnaud Gillin, se sont lancés dans la consultance pour des projets de microfinance. Au fil des ans, Innpact, qui fêtait son dixième anniversaire hier à l‘Abbaye Neumünster, a élargi son périmètre et accompagne la création de fonds d‘investissement qui financent des projets recherchant un impact sociétal en environnemental positif. Depuis sa naissance, Innpact a ainsi mené plus de 70 projets en finance d’impact pour des clients publics et privés, tels que des banques de développement (KfW ou la Banque européenne d’investissement), des gestionnaires de fonds ou encore des fondations et ONG.

De Luxembourg à l‘Île Maurice

«Nous sommes des facilitateurs», explique Patrick Goodman, «nous n‘apportons pas seulement l‘expertise technique, fiscale et juridique, mais aussi un état d‘esprit, une approche «hands on»». La société compte aujourd‘hui une trentaine de collaborateurs et a créé entretemps une vingtaine de structures de financement au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Île Maurice dont les actifs dépassent aujourd‘hui 4,6 milliards d‘euros. «L‘Île Maurice est un important hub pour la finance d‘impact pour l‘Afrique», précise Arnaud Gillin tout en expliquant que les projets soutenus par les structures de financement se situent partout dans le monde et que 80% environ des nouveaux projets ont un lien avec la lutte contre le changement climatique, un défi qu‘Innpact adresse aussi un réseau avec d‘autres acteurs. La société est ainsi fortement impliquée dans la plupart des initiatives de la place financière liées à la finance responsable, la finance d’impact et la finance climat. Ainsi, elle agit notamment comme coordinateur du «International Climate Finance Accelerator Luxembourg», partenariat public-privé qui vient de lancer ses activités au 1er février dernier. Par ailleurs, Innpact est membre actif de la «Climate Finance Task Force», du comité d’éligibilité de LuxFLAG pour les labels microfinance et finance climat et du comité technique pour la finance responsable de l’ALFI, ainsi que membre fondateur de «European Impact Investing Luxembourg».

L‘entreprise fait donc partie de l‘écosystème «green finance» dont Luxembourg veut devenir un centre mondial. Le Ministre des Finances Pierre Gramegna, venu féliciter Innpact pour son anniversaire, a notamment évoqué dans son discours les investissements immenses que requiert la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique dans les prochaines années et décennies. Des sommes qui ne pourraient être mobilisées que dans un effort commun des acteurs publics et privés. «Si vous voulez motiver le secteur privé, vous devez avoir un cas économique», a expliqué le ministre, évoquant le succès de la collaboration du gouvernement et de la Banque Européenne d‘Investissement, de la Bourse, qui liste entretemps la moitié des «green bonds» de la planète et sa volonté de mettre en place le régime juridique pour les «green covert bonds for renewable energy» dans les prochains mois. Parmi les invités d‘honneur de l‘anniversaire qui fut en fait une conférence avec de nombreux intervenants spécialisés sur la finance d‘impact figurait à coté de Pierre Gramegna et de la ministre de l’Environnement Carole Dieschbourg aussi Betrand Piccard, président de la Fondation «Solar Impulse», du nom du célèbre avion alimenté uniquement par énergie solaire à faire le tour du monde.

«Le succès d’entreprises telles qu’innpact est la preuve qu’aujourd’hui il est possible de générer des impacts environnementaux et sociaux positifs en même temps qu’un rendement financier, et qu’investir dans des modèles économiques innovants est logique, encore plus qu’écologique», a dit le visionnaire suisse. A noter enfin qu‘en marge de la célébration, Innpact et l’Alliance mondiale pour les solutions efficientes ont signé un accord de collaboration visant à soutenir l’Alliance mondiale dans sa sélection de 1.000 solutions écologiques et économiquement rentables, en canalisant des sources de financement vers des solutions propres ainsi que profitables.