DUDELANGE
LJ

«Centre d’arts Nei Liicht» à Dudelange: venez écouter la conteuse Luisa Bevilacqua dans le contexte de l’exposition «Vida Inerte» de Justine Blau

Retrouvez l‘exposition «Vida Inerte» (phusis kruptesthai philei)» de Justine Blau au «Centre d’arts Nei Liicht» à Dudelange les 28, 29 et 30 août. L’approche artistique de Justine Blau est multidisciplinaire, mêlant sculptures, installations, photographies et vidéos. Elle s’intéresse à l’effet qu’internet entretient sur la perception de notre environnement et de l’utilisation du médium photographique dans ce contexte. Elle aime s’attarder sur des questions qui traitent du vivant, de la science et de la nature, ainsi que de l’implication de l’homme dans son espace naturel.
Son projet «Vida Inerte» s’attarde sur le Sicyos villosa, une plante originaire des îles Galapagos, collectée par Charles Darwin lors de son voyage sur le Beagle (1831-1836) et qui a depuis disparu. Cette cucurbitacée reste connue grâce au spécimen de Darwin, qu’on retrouve à l’herbier de l’Université de Cambridge dans le laboratoire de Sainsbury. L’artiste avait lu un article que certains scientifiques seraient tentés de la ramener à la vie, par dé-extinction. Fake news ou conte mythologique moderne, cette histoire a attisé sa curiosité, car elle traite de questions fondamentales, sur le lien que l’homme entretient avec le monde vivant, avec la mort, le progrès, ainsi que sur sa nature démiurge.

Conter notre lien à la terre et à la vie

Justine Blau est rejoint par  la conteuse Luisa Bevilacqua, qui partagera avec les visiteurs lors des trois nocturnes de l‘exposition (à partir de 20.00) des contes ancestraux qui nous parlent de notre lien à la terre, à la vie et aux êtres qui peuplent cette planète. Formée au théâtre physique (mime, masques, danse, clown), Luisa a croisé le chemin des contes de façon inattendue. Lors d’un concert théâtral, elle se retrouve à raconter un bout de conte et découvre…. les oreilles des spectateurs.  Elle décide alors d’approfondir cet art, entre autres, en suivant les trois années de formation longue à l’École internationale du conte de Bruxelles.
Depuis quelques années donc, se croisent théâtre, conte, images et langues dans des territoires souvent mouvants, quotidiens ou extra-quotidiens, mais toujours en écho avec la nature voyageuse et curieuse de Luisa Bevilacqua. Que ce soit en français, en italien, en allemand, en anglais ou même en luxembourgeois, que ce soit en dansant ou en chantant, que ce soit en riant ou en s’émouvant, elle est prête à partager ces histoires qu’elle a toujours cherché. Sans doute que les visiteurs passeront une soirée inoubliable à la «Galerie Nei Liicht».
Plus d’informations: www.centredart-dudelange.lu