LUXEMBOURG
SYLVIE LANGERMANN

Le deuil périnatal est un deuil particulier par le fait qu’il intervient à un moment qui était destiné à l’arrivée de la vie. Cette journée mondiale est l’occasion de mettre les mots sur un tabou, la mort d’un enfant qui n’a pas vécu. Chaque année, des parents perdent un bébé lors d’une grossesse ou peu après la naissance.

«La maternité du CHL compte en moyenne 3 naissances sans vie par mois, à s’avoir qu’il s’agit de fausses couches tardives, de mort fœtales in-utéro ou bien d’interruption médicale de grossesse de fœtus entre la 14ème semaine de grossesse jusqu’à terme.

C’est une épreuve à laquelle personne ne peut être préparé et qui est extrêmement difficile et complexe de traverser pour les familles.

Le deuil périnatal n’est pas un deuil du passé, mais un deuil de l’avenir, de la vie qui n’aura pas lieu, un deuil des projets. L’être perdu n’était pas ou peu présent physiquement et ne laisse souvent que peu de souvenirs, ce qui peut compliquer l’assimilation de la réalité du décès.

En tant qu’équipe multidisciplinaire de la Maternité du CHL, nous apportons beaucoup d’attention aux besoins des parents confrontés à une telle épreuve et ceci dès le début de leur prise en charge et tout au long de leur parcours à la Maternité.

Les processus de deuil sont très individuels. Il n’y a pas de règles, pas de recettes clairement définies. Chacun le fait à sa façon et à son rythme ce qui peut aussi mettre les parents en décalage. Le respect mutuel et une bonne communication dans le couple, ils aident à passer cette épreuve difficile.

Si pour certains parents, un accompagnement professionnel (individuel ou de couple) peut s’avérer comme nécessaire pour traverser cette lourde épreuve, pour d’autres, des groupes de parents représentent l’endroit où la parole peut être déposée entre parents qui ont eu un vécu similaire. Pour répondre à ce besoin d’échange en groupe, la Maternité du CHL propose depuis mars 2019 des groupes de parole pour parents en deuil périnatal.

Ces groupes permettent aux participants de s’exprimer et ne pas se sentir seuls. Ils rencontrent d’autres parents qui ont vécu la même chose, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils ont bien souvent le besoin de parler, parler pour surtout ne pas oublier. Ceci est très important aussi à savoir pour l’entourage (famille, amis, collègues de travail) des parents endeuillés qui devrait les encourager à aller vers eux, à en parler, poser des questions, briser ce tabou que la mort représente encore souvent dans nos sociétés.

Dans le même état d’esprit, la Maternité, en collaboration avec le service de Néonatologie de la Clinique Pédiatrique du CHL, organisent chaque année au mois d’octobre une “cérémonie des étoiles”. Il s’agit d’un service de commémoration pour les bébés décédés au début de leur vie. Que ce besoin existe nous a été prouvé à nouveau cette année par quelques 300 visiteurs, les parents et les proches.»