LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Bilan en demi-teinte du secteur de l’assurance en 2018

Le secteur de l’assurance a confirmé son rebond au dernier trimestre 2018, a annoncé mardi le Commissariat aux assurances. Si l’encaissement des primes a progressé de 6,45% en assurance-vie et de 18,84% en assurance non vie, ce n’est pas le cas du résultat des assurances directes: leurs bénéfices ont fondu de 32,65% à 331,46 millions d’euros, un niveau proche de celui enregistré en 2014.

Un Brexit à double tranchant

Le secteur de l’assurance non vie apparaît comme le grand gagnant du Brexit, puisque les primes ont bondi de 20,88% entre décembre 2017 et décembre 2018. Cela se confirme au vu des compagnies opérant à l’étranger: leur encaissement a gonflé de 35,70%. Par contre, les assureurs travaillant uniquement sur le marché luxembourgeois ont vu le total des primes croître d’à peine 0,75%. Du côté des résultats, il a fondu de 61,56% en un an, souligne le Commissariat aux Assurances, à 76,30 millions d’euros. «Une part importante de cette diminution résulte des frais d’établissement des compagnies britanniques ayant rejoint le Luxembourg dans le cadre du Brexit», commente à ce sujet l’institution.

«Le CAA ne considère pas cette évolution comme inquiétante», a réagit pour le «Journal» son directeur Claude Wirion. «L’installation à Luxembourg des compagnies du Brexit a occasionné des pertes prévisibles. Pour les autres cas le CAA connaît l’explication au cas par cas», a-t-il ajouté.

Sur le front de l’assurance-vie, le secteur est sorti du rouge après un recul marqué de l’encaissement depuis le 2ème trimestre. Sur l’année, les primes ont progressé de 0,99%, avec un contraste toujours marqué entre les produits à rendements garantis (+38,85%) et ceux en unité de compte (-10,86%).

Celui-ci pointe l’influence toujours marquée des produits d’épargne-pension au titre de l’article 111bis: le nombre de contrats a grossi de près de 18% en un an, avec 96.102 unités qui ont généré un encaissement de 137 millions d’euros, en hausse de 15,45% sur un an. L’épargne générée par ces produits talonne le milliard d’euros, soit 995 millions d’euros.

Mais ces éléments n’ont pas permis à la branche vie de briller: son résultat après impôts a diminué de 13,14% à 255,15 millions d’euros.

Sur l’ensemble de l’année, les primes d’assurance ont augmenté de 3,63%. A noter que les provisions techniques des assureurs pointaient à 176,84 milliards fin 2018, en hausse de 2,11% sur un an mais en baisse de 2,10% par rapport à septembre 2018.