LUXEMBOURG
GWEN TEIXEIRA

«Cosplay»: Avec Myriam Jander dans la peau de différents personnages de jeux vidéo

Myriam Jander est une jeunne femme passionnée de mangas, animes et super héros dès son plus jeune âge. Elle a découvert le monde du «cosplay» grâce à des magazines et une amie. Aujourd’hui elle nous raconte son parcours.

Quand et comment as-tu débuté le «cosplay»?

MYRIAM JANDER Quand j’avais 13-14 ans, je lisais toujours des magazines d’animes et à chaque fois je notais qu’il y avait un évènement «Animagic» à Coblence qui introduisait le «cosplay». Depuis, cela m’a intrigué et intéressé et je voulais absolument y aller. J’en ai parlé avec ma meilleure amie, car je savais qu’elle visitait des conventions de ce genre et c’est de cette manière qu’a débuté ma passion pour le «cosplay». L’«Animagic» a été la première foire que j’ai visitée où j’étais déguisée. Mon premier «cosplay» était basé sur le personnage «Ritsuka» de l’anime «Loveless». Quand je repense comment j’ai créé mon premier costume, c’est un peu drôle, j’ai simplement pris des vêtements dans mon armoire. J’ai essayé de reproduire le personnage avec ce que j’avais à la maison. À mes débuts, j’achetais tous mes costumes de «cosplay», car je ne savais pas coudre. Maintenant, je fais presque tout moi-même. Parfois, je demande à certaines personnes de me donner un coup de main pour certaines pièces.

Combien de temps faut-il pour créer un «cosplay»?

MYRIAM Cela dépend du costume, mais normalement entre quelques semaines et un mois. J’essaie toujours de terminer mes costumes des mois à l’avance d’un évènement, car de cette façon je peux encore réaliser quelques séances photos. Ce qui peut arriver, c’est que juste avant une convention, je vois un personnage que j’ai absolument envie de recréer, donc je me mets au travail. Dans ce cas, le matin même d’une foire, je suis encore en train de terminer le costume. Créer un «cosplay» prend beaucoup de temps et d’énergie, mais cela en vaut la peine quand je vois le résultat final.

Qu’est-ce que tu aimes dans cet univers?

MYRIAM C’est flashy, coloré et à chaque fois différent. De voir ce que les gens sont capables de réaliser comme costume, c’est parfois impressionnant. Mettre son «cosplay», ce n’est pas simplement mettre un costume, mais être dans la peau du personnage. C’est de l’art et des performances combinées. Les gens qui ne connaissent pas l’univers de «cosplay», pensent que c’est comme un genre de costume de carnaval, mais c’est bien plus que ça. Quand un «cosplayer» est sur scène durant une compétition, il ou elle se donne à fond pour être le personnage. Les mouvements corporels, les expressions, la façon de manier l’arme ou l’accessoire, tous ces éléments font partie du «cosplay», pas simplement la tenue et le maquillage.

Est-ce que tu as déjà subi des critiques négatives?

MYRIAM Oui! Ce qui est amusant, c’est que ce ne sont pas les «cosplayers» qui jugent quelqu’un par sa couleur de peau, poids ou même taille de poitrine, mais ce sont les gens autour. L’art du «cosplay» permet aux artistes d’être quelqu’un d’autre peu importe ses mensurations ou origines ethniques. C’est de l’art, donc tout est permis! Mais pour certaines personnes, c’est inadmissible d’être un personnage ou de recréer une tenue si on ne correspond pas aux mensurations qui sont fictives. Le fait de critiquer le travail de quelqu’un d’autre derrière un écran, car la plupart des temps ce sont des trolls sur internet, c’est lâche et niais.
Est-ce que tu combines ta passion sur d’autres plateformes comme par exemple YouTube ou Twitch?

MYRIAM Oui, je suis membre des deux, mais ces derniers temps moins actif sur YouTube. Je préfère «Twitch», car cette plateforme me permet de partager ce que je joue, dessine ou suis en train de créer avec mes abonnées. Avec «Twitch», je n’ai pas besoin de d’abord filmer, puis éditer et finalement charger ma vidéo, je peux simplement me filmer et c’est directement en ligne sur ma page. Cela me prend moins de temps et me permet d’être en contact direct avec les abonnés sur le chat du «stream».

Le «cosplay» c’est plutôt un hobby ou un début de
carrière?

MYRIAM Pour moi, ce n’est absolument pas une carrière, parce que je trouve que je ne suis pas assez douée. J’exerce ce hobby pour mon propre plaisir. Bien sûr, c’est possible de faire carrière avec le «cosplay» comme par exemple Jessica Nigri, Yaya Han ou Leon Chiro qui sont des professionnels, mais il faut déjà avoir un autre niveau. En plus, on est constamment en déplacement et sous pression. Les organisateurs de conventions attendent que tu aies déjà fini ton costume vraiment à l’avance et parfois ce n’est pas évident. Et pour être honnête c’est un hobby qui coûte très cher. Je préfère garder le «cosplay» comme passe-temps, par ce que je ne veux pas le considérer comme un travail.

Quel est ton «dream cosplay» pour le moment?

MYRIAM J’aimerais perfectionner mon «cosplay» de Sombra du jeu «Overwatch». En ce moment, j’ai deux versions de son costume, mais j’ai envie de recréer sa jaquette. J’ai débuté ce «cosplay» cette année à la GamesCom à Cologne, mais malheureusement je n’ai pas eu le temps de la coudre. L’année prochaine, je veux joindre la compétition de «Bilzzard» à la «GamesCom» à Cologne. J’ai envie de tenter ma chance.


Twitch: www.twitch.tv/myriammcfly
Instagram: www.instagram.com/chocolatechainsaw