LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le tribunal administratif a annulé une décision du Conseil de la concurrence

La justice a tranché et POST ne devra finalement pas s’acquitter des 2,5 millions d’euros réclamés en 2014 par le Conseil de la concurrence. Le tribunal administratif a en effet annulé la décision dans un avis publié en début de semaine, relaient nos confrères de «PaperJam». L’opérateur historique avait été condamné à verser 2,5 millions d’euros pour abus de position dominante.

En cause, son offre «Intégral» lancée en 2005 avec une facture unique et qui offrait des rabais aux clients ayant opté pour le téléphone fixe, Internet et la téléphonie mobile. La filiale luxembourgeoise du groupe belge Proximus, Tango, avait à l’époque attaqué le leader du marché car la concurrence était dans l’impossibilité de fournir une offre similaire.

Recours fructueux

Si le Conseil de la concurrence a donné raison en 2014 à l’opérateur alternatif, POST a déposé un recours qui a porté ses fruits. Il échappe ainsi à l’amende de 2,5 millions d’euros calculée sur base du chiffre d’affaires réalisé sur les abonnements téléphoniques en 2006 et 2007.

L’affaire est donc enterrée mais certainement pas la hache de guerre entre les opérateurs alternatifs et l’opérateur historique. D’ailleurs, le dernier rapport statistique des télécommunications de l’ILR montre que tant sur le marché de l’internet que celui de la téléphonie, la part de marché de POST tend à se tasser ces dernières années.