LUXEMBOURG
GWEN TEIXEIRA

Sven Soares: un artiste aux multiples talents

Sven Soares, Luxembourgeois d’origine cap-verdienne, est un triple talent artistique. Il est danseur, modèle et photographe. Il pratique la danse professionnellement depuis plus de dix ans et a eu l’occasion de danser pour des célébrités tels qu’Elton John, Leona Lewis et le groupe Sugarbabes, ainsi que dans l’émission télévisée «The Voice» ou encore dans la publicité de Leerdammer, pour ne nommer que ceux-là. Quiconque pense que Sven n’est qu’un dur visage avec un corps couvert de tatouage ne sachant que danser, est absolument dans l’erreur. Derrière tout cela, il y a un grand cœur, un désir d’apprendre et un homme très talentueux. Il a non seulement un don pour la danse, mais il a également une vocation pour la photographie. On retrouve son univers photographique sous son compte Instagram «@tapsmoments». Sven est autant à l’aise devant que derrière une caméra.

Comment as-tu débuté ton parcours de danseur?

Sven Soares J’ai commencé à danser quand je n’étais qu’un gamin avec des amis. Pour s’amuser on faisait des battles et des échanges Hip-Hop/Breakdance dans les sous-sols d’Hamilius. Puis, lentement, j’ai réalisé que je voulais en faire ma vie et je me suis formé en participant à des cours, entre autres au conservatoire de musique au Luxembourg, ainsi qu’à l’étranger. J’ai fini par donner des cours dans plusieurs écoles de danse, dans le pays et aussi internationalement, ce qui m’a permis de me rendre visible et de développer mon image. J’adore danser car je ressens une certaine liberté dans le mouvement. Il n’y a pas de règles dans l’art.
Qu’est-ce qui t’intéresse dans le mannequinat et la photographie?

Sven En matière de photographie, j’aime le fait qu’on puisse se redécouvrir et se permettre d’être quelqu’un d’autre pendant quelques instants. Être mannequin est enrichissant, on apprend de nouveaux concepts et philosophies de vie, dû aux voyages et rencontres avec de nouvelles personnes. Chaque client souhaite autre chose, donc il est important d’être polyvalent, ouvert et rapide dans les propositions. Quand je suis derrière la caméra, je veux sortir le meilleur dans la personne qui me fait face. Mon but est qu’ils voient leur beauté, peu importe l’âge, le sexe, la taille ou le poids. Chacun d’entre nous a quelque chose de spécial en soi, et pour moi c’est un plaisir de montrer à mes modèles une autre version d’eux-mêmes. Et peut-être cela leurs donnera plus confiance en eux ou une opportunité de se redécouvrir d’une autre manière.

Quand était ton premier grand break en tant que danseur professionnel?

Sven C’est assez amusant, car mon premier emploi en tant que danseur professionnel a commencé par un refus à un casting pour un programme télévisé. Cependant, quand une porte se ferme, une autre s’ouvre. Le chorégraphe du casting m’a trouvé intéressant et m’a recontacté plus tard avec une offre que je ne pouvais pas refuser. J’ai été choisi comme danseur pour le groupe Sugarbabes. Ce premier emploi m’a ouvert les portes du show-business et a fait progresser ma carrière vers ce qu’elle est aujourd’hui. Peu importe les difficultés et, malgré tous les échecs et déceptions, si on continue de croire à son rêve et de travailler dur, tout est possible.

Qu’en est-il de ta situation actuelle?

Sven Actuellement, je prends une pause de la danse. Je suis dans ce business depuis longtemps et je veux juste me réinventer, me redécouvrir. Cependant, cela ne signifie pas que j’en ai fini avec ce domaine. Néanmoins, je me concentre un peu plus sur la photographie et je poursuis également différents projets dans d’autres domaines loin du monde artistique. J’aime relever des défis et essayer différentes choses.

Des projets reliés à la danse pour le futur?

Sven Je suis heureux de voir qu’à Luxembourg le mouvement de danse urbaine prend de l’ampleur. Et que pas mal d’associations proposent des ateliers et ou concours de danse. Pour ma part j’aimerais contribuer avec mon expérience et contacts pour donner l’opportunités aux jeunes danseurs de réaliser leurs rêves. Voilà pourquoi j’ai créé des ateliers comme «Synergy» ou je mets en avant des artistes locaux et internationaux pour permettre un échange éducatif pour les participants, ainsi que la possibilité d’être sélectionné pour des castings ou «Kamau», un évènement qui regroupe plusieurs disciplines comme par exemple le yoga, le fitness et la danse. C’est axé sur le mouvement et le bien-être. Même si je laisse un peu la danse derrière moi, je ne l’efface pas complètement de ma vie. J’aime aider les autres autant que je peux, parce que je connais les difficultés rencontrées pour réussir ses rêves. Je suis heureux de partager mon savoir afin de permettre aux autres de réussir.