LUXEMBURG
LJ

Selon une enquête, le taux de participants disant souffrir d’une dépression est le plus élevé au Grand-Duché

Ce sont des chiffres inquiétants qui ont poussé le député Gusty Graas à poser en janvier une question parlementaire sur les dépressions au Ministre de la Santé de l‘époque, Etienne Schneider (LSAP): selon une enquête européenne de l‘Institut allemand Robert Koch, 11,7% des femmes et 8,2% des hommes au Grand-Duché souffriraient d‘une dépression. Un record en Europe. Qui plus est, ces pourcentages se trouvent en hausse par rapport à la dernière enquête européenne. Le député DP a donc souhaité savoir comment le Ministère de la Santé compte faire face à ce phénomène, sachant que la dépression est une cause majeure du suicide.

www.prevention-depression.luet www.prevention-suicide.lu

Le gouvernement mise sur la prévention. Dans cet ordre d‘idées, les sites www.prevention-depression.lu et www.prevention-suicide.lu existent depuis 2016, respectivement 2015. Il s‘avère que depuis le recensement des statistiques du site www.prevention-suicide.lu en janvier 2015, le site a été vu par 98.672 utilisateurs, soit en moyenne 53 personnes par jour durant la période du 1e janvier 2015 au 26 janvier 2020. De tous ces utilisateurs, 27,17% se seraient connectés à travers une adresse IP au Luxembourg, 38.45 % à travers une adresse IP en France. En tout, ces 98.672 utilisateurs ont vu 251.331 pages du site, 74,7% en langue française, 25,3 % en langue allemande. En ce qui concerne www.prevention-depression.lu, le site a été vu par 55.769 utilisateurs, soit en moyenne 47 personnes par jour durant la période du 28 octobre 2016 au 26 janvier 2020. De tous ces utilisateurs, 46,33 % se sont connectés à travers une adresse IP au Luxembourg et 20,82% à travers une adresse IP en France.

En tout, ces 55.769 utilisateurs ont vu 154.539 pages du site, 63,83 % en langue française, 27,72% en langue allemande, 6,27 en langue anglaise et 2,18 % en langue portugaise. A noter que le site comprend un auto-test de dépistage (PHQ-9) mesurant la présence et la sévérité d’une dépression. Jusqu’au 26 janvier 2020, 12.015 personnes ont répondu à ce test. Les résultats montrent que sur les 12.015 personnes ayant fait le test, 5.758 (47,9%) ont un score indiquant une dépression sévère, 3.087 (25,7%) un score indiquant une dépression modérément sévère, 2.219 (18,5%) un score indiquant une dépression légère et 951 (7,9%) un score indiquant une absence de dépression. La Ministre de la Santé Paulette Lenert entend prolonger le Plan national de prévention du suicide en attendant le plan national de santé mentale, en élaboration. Elle indique aussi ne pas promouvoir particulièrement la psychothérapie comme traitement contre une pathologie spécifique.