LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

L’agence de notation Fitch a maintenu vendredi la plus haute notation pour le Grand-Duché, assortie d’une perspective stable

Souvent mis en avant par le ministre des Finances Pierre Gramegna ou l’agence de promotion de la place financière «Luxembourg for Finance», le rating du Luxembourg auprès des agences de notations reste suivi de près. Vendredi soir, Fitch a confirmé le AAA du pays avec une perspective stable. Il s’agit de la plus haute notation, souligne le ministère des Finances dans un communiqué.

«Je me réjouis qu’à quelques jours de la déclaration sur l’état de la nation par le Premier ministre à la Chambre des Députés, l’agence de notation Fitch rejoint DRBS et Standard & Poor’s pour confirmer le AAA du Luxembourg avec perspective stable», a réagi Pierre Gramegna. Xavier Bettel prendra en effet la parole à la Chambre des Députés le 24 avril pour la déclaration sur l’état de la nation, avant des débats les jours suivants.

Quelques risques tout de même

Du côté des points forts, l’agence souligne la dette publique autour de 23% du PIB, «la moins élevée parmi les pays AAA» mais aussi l’excédent à 1,3% du PIB sur la moyenne des cinq dernières années pour le budget de l’Etat et les réserves de sécurité sociale qui étaient en 2016 de 34% du PIB. «L’agence souligne la bonne santé de nos finances publiques et confirme ainsi le bien-fondé de la politique budgétaire», résume Pierre Gramegna.

En ce qui concerne les risques, Fitch pointe le caractère ouvert de l’économie luxembourgeoise, avec une exposition aux tendances protectionnistes de certaines grandes nations sans oublier la volatilité du secteur financier.

Pour 2018, l’agence basée à New York table sur une accélération de la croissance à 3,3% avec une stabilisation autour de 3% à moyen terme. La bonne tenue du marché de l’emploi, les effets des allègements fiscaux de 2017 et la reprise économique nourrissent cette prévision.

Pour ce qui concerne les prix élevés de l’immobilier, l’agence estime les risques «limités», vu la hausse des crédits contractés à taux fixe et «les mesures du gouvernement tendant à accroître l’offre sur le marché de l’immobilier».

www.fitchratings.com