LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Louer une robe de bal pour un événement exceptionnel,

Katarzyna Retka s’est installée au Luxembourg il y a un an avec sa petite famille. Avec une expérience dans le domaine du marketing, la jeune femme s’aperçoit assez rapidement que pour trouver une tenue lors d’un évènement important, dénicher une jolie pièce est bien compliqué au Luxembourg: «Il y a beaucoup d’occasions de sortir une belle tenue: mariages, baptêmes, cocktails, et s’il faut acheter une belle robe à chaque fois qu’on ne portera qu’une fois, cela représente un sacré budget. Aux Etats-Unis, et même maintenant en Pologne, on a tendance à louer sa tenue. Cela permet de varier les plaisir et de pouvoir porter une robe de grande marque qu’on ne pourrait pas vraiment s’offrir autrement».

En réalisant qu’il n’était pas possible de louer sa robe au Luxembourg, Katarzyna Retka a donc eu l’idée de lancer sa propre plateforme, en partant de zéro, à la fin du mois d’août dernier. «J’ai réalisé le site moi-même, j’ai pris mon temps pour étudier le marché. Et j’ai commencé à acheter des robes pour me constituer un petit showroom». Comment ça marche? Le principe est assez simple. On commande sa robe sur le site, qu’on peut se faire livrer au Luxembourg, ou qu’on peut essayer et venir chercher physiquement au showroom qui se trouve dans l’appartement de la jeune femme. La robe est louée pour quatre jours. Au retour de la robe, Katarzyna Retka s’occupe de la faire nettoyer professionnellement pour qu’elle reste impeccable. Avec deux à trois robes achetées par mois, «Robe parfaite» essaie de satisfaire tous les goûts et morphologies, ce qui n’est pas toujours évident: «J’ai une approche individuelle pour mes clientes, car chaque situation est unique, je vois de tout! Mes clientes sont de tout âge et de toutes nationalités, c’est vrai que selon les origines les goûts sont différents, et j’essaie de m’adapter pour satisfaire aux goûts et silhouettes qui varient».

Les fameuses robes sont commandées aux Etats-Unis

Pour le moment, Robe Parfait ne propose que des tailles entre 34 et 42, voire 44, mais Katarzyna Retka ne souhaite pas aller plus loin pour se focaliser dans un premier temps sur les tailles plus standards qui ont plus de chance de trouver preneuse. Comme son entreprise reste encore nouvelle, les robes n’existent pour le moment qu’en une seule taille, selon les morphologies. Mais l’entrepreneuse a déjà des idées pour la suite: «J’aimerais m’associer à une couturière pour pouvoir ajuster les robes, les raccourcir par exemple pour les clientes plus petites. Mais dans tous les cas, si vous voulez louer une robe en commandant la veille d’un événement, je ne pourrai pas faire de miracle!».

Les fameuses robes sont commandées aux Etats-Unis, la mère patrie de la mode pour ce genre de robes. Là-bas louer est entré dans les mœurs depuis longtemps: «Les Américaines adorent se prendre en photo sur les réseaux sociaux avec plein de tenues différentes, elles font de belles photos mais ne possèdent pas forcément les vêtements en question. Cela fait plus de dix ans qu’on peut tout louer comme cela, c’est tout à fait normal».

Faire vivre une robe plus longtemps

Au-delà de l’aspect mode, louer sa tenue est également le meilleur moyen de faire vivre une robe plus longtemps: «La location de robes s’inscrit dans une conscience qu’il faut lutter contre la “fast fashion” et ses vêtements bon marchés qu’on ne portera qu’une fois. Là c’est l’inverse. Ces robes sont de très bonne qualité, elles sont portées plusieurs fois sans problème et sont bien taillées, ça change de ce qu’on peut acheter», explique-t-elle. Chez Robe Parfaite, il faut compter entre 40 et 100 euros pour louer sa robe de bal. Un budget de petite robe pas chère, mais pour un bel événement, les prix s’envolent bien souvent. «Pour le prix d’une seule robe de qualité, il est possible d’en louer des différentes, et puis avec mes robes aucune chance d’un doublon, elles ne sont pas vendues dans la région, on ne les trouve qu’aux Etats-Unis». Certaines clientes n’hésitent pas à faire appel aux services de Katarzyna Retka pour un shooting photo ou encore un bal de charité. Les occasions sont variées, comme les robes proposées. Katarzyna Retka se laisse quelques mois pour étoffer son catalogue, mais aussi voir si le bouche-à-oreille fait son effet. «J’achète des robes à un rythme lent car je ne veux pas me précipiter, cela représente un budget conséquent et j’ai démarré ce projet sur mes fonds propres. En tout cas je garde en tête ce que ma mère m’a toujours dit: achète une seule chose, mais de bonne qualité».


robeparfaite.com