LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Une centaine d’entreprises ont participé hier à la première édition de «LëtzBiz»

Développer les synergies. C’est le leitmotiv de ces premières rencontres d’entreprises à l’international, baptisés «LëtzBiz». Un événement sur deux jours, l’un dédié aux Chambres de commerce et autres business club avec quelque 140 participants, le deuxième pour les entreprises en tant que telles, avec une matinée composée de tables rondes et autres conférences. Les organisateurs, la Chambre de commerce ainsi qu’Entreprise Europe Network songent déjà à une deuxième édition pour rendre l’événement un rendez-vous annuel.

En pleine crise du Brexit et des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, le moment est opportun pour que les entreprises se rencontrent et puissent échanger sur les difficultés de s’établir dans un autre pays. Les retours d’expérience sont ainsi encouragées, afin de faciliter les démarches pour certains, combattre des mythes pour d’autres. En tant que pays aussi international que le Luxembourg, cette première édition de «LëtzBiz» fait sens. Il s’agit pour les organisateurs de stimuler les échanges et donc les futurs collaborations entre les différents participants présents hier au Kirchberg.

Cap sur l’actualité des tendances du commerce international

Après l’allocution de bienvenue du Directeur de la Chambre de commerce, Carlo Thelen, une table-ronde s’est ouverte en début de matinée, sous la thématique: «Viv(r)e la globalisation: Cap sur l’actualité des tendances du commerce international». Une bonne occasion de faire le point, entre les différents intervenants: Bernard Kuiten, «Head of external Relations, Information and External Relations Division», Organisation mondiale du commerce (OMC), Daniel Da Cruz, Chargé de la direction, Direction générale Promotion du commerce extérieur et des investissements du Ministère de l’Economie, Robert De Waha, «Deputy Director», LuxDev Luxembourg, Ana Boata, «Senior Economist», Euler Hermes à Paris, Patrick Van Egmond, Managing Director» chez LuxMobility, et Jean-Philippe Hildebrand, «Managing Director» de Luxscan. Puis suite à ces discussions d’ordre général, le programme s’est poursuivi avec trois conférences thématiques en parallèle. Il s’agit d’aider les entreprises étrangères ignorant les subtilités de l’administration luxembourgeoise: Déclaration d’exportation depuis le Luxembourg, comment m’y prendre au mieux? Stephan Chies de l’Administration des Douanes et Accises au Luxembourg, a dévoilé quelques «secrets». Se lancer à l’international n’est pas sans risques. Ainsi la deuxième conférence avait pour thématique: comment évaluer les risques financiers et quelles sont les assurances et aides disponibles? Olivier Hendrickx, «Business Manager», Yannick Vermetten, Responsable des ventes, Euler Hermes à Paris et Nadine Marques, «Account Manager», Office du Ducroire ont tenté de démêler le vrai du faux. Enfin, Gérard Zolt, Associate Partner, Country Practice Leader – Forensic & Integrity Services, EY, est revenu quant à lui dans une troisième conférence sur la gestion des risques de marchés: corruption, fraude, sanctions économiques, blanchiment etc. Une thématique d’autant plus importante pour les entreprises liées à la Place financière luxembourgeoise