BERTRANGE
CATHERINE KURZAWA

POST Group va fermer quatre bureaux dans le pays et mise sur ses Points POST

Les bureaux de POST Luxembourg situés à Bertrange, au CHL, à Hosingen et à Clervaux vont fermer leurs portes, a annoncé hier à la presse la direction de l’opérateur. «Avec cinq ou six clients par heure, cela ne peut plus fonctionner», a expliqué le directeur général de l’entreprise, Claude Strasser. Rendez-vous était donné au bureau de POST de Bertrange, où pendant que les responsables détaillaient les modalités des fermetures, quelques clients se retrouvaient reconduits vers la sortie. «Nous travaillons sur des alternatives», a enchaîné Hjoerdis Stahl, directrice adjointe de POST Luxembourg.

La philosophie du groupe est claire: proposer des plans B aux bureaux condamnés dans un rayon de zéro à cinq kilomètres. Ainsi à Bertrange, un Point POST existe depuis mai 2018 dans une librairie située à quelques mètres du bureau. «Cela apporte une nouvelle clientèle», explique sa gérante Ilda. Ici, les murs blancs et les barreaux des fenêtres de l’ancien bureau font place à des titres de presse, des friandises, quelques article de convenance, des jeux de la Loterie Nationale ainsi qu’un Point POST. La tenancière et sa salariée ont été formées par l’entreprise publique pour vendre ses produits et services, sur lesquelles elles perçoivent une commission. POST Luxembourg verse aussi un loyer à la commerçante. «Ce qui importe c’est la proximité avec le client final», insiste Hjoerdis Stahl. Celle-ci précise qu’un Point POST ouvrira à la Belle Etoile en octobre ou en novembre, et c’est à ce moment-là que fermera le bureau historique de Bertrange.

POST de la cantine à l’office du tourisme

Quant aux autres sites condamnés, ils sont déjà doté de trois alternatives chacun. Pour Hosingen, il y a deux Point POST et un Espace POST tandis qu’au CHL, un Point POST va ouvrir au sein du site, via l’exploitant Sodexo. Les deux bureaux en question tomberont le rideau le 1er mai tandis qu’un mois plus tard, c’est celui de Clervaux qui suivra, remplacé par un Point POST situé dans l’office du tourisme de la localité.

Sur le front de l’emploi, la direction assure que ces fermetures concernent quatre salariés mais qu’aucun licenciement ne sera réalisé. «Nous avons assez de travail pour tous», dit Hjoerdis Stahl. Il est plutôt question de reclassements en interne et de la création de nouveaux postes, dont celui de formateur pour les petits commerçants qui distribuent les produits et services du groupe.

Car ces quatre fermetures s’inscrivent dans une stratégie lancée en 2015. Depuis lors, 33 nouveaux Points POST ont ouvert dans le pays, portant leur nombre à 49. Selon la direction, quelque 400.000 transactions ont été réalisées dans ces structures l’an dernier, qui proposent en outre des horaires d’ouverture plus élargis que les bureaux classiques. «D’autres Points POST seront ouverts en 2019», assure la direction dans un communiqué.

Quant au réseau de stations PackUp dédiées au retrait des colis, il est passé de 32 à 91 entre fin 2015 et mars 2019. L’an dernier, le groupe a totalisé un volume de 3,6 millions de colis, dont 25% ont été retirés dans le réseau PackUp.

En 2015, POST Group avait déjà procédé à 35 fermetures de bureaux. A la question de savoir si cela lui avait permis de faire des économies, Claude Strasser a rétorqué que «la vraie stratégie, une fois qu’elle sera achevée à l’horizon 2025, c’est qu’il y aura une économie conséquente avec une amélioration du service». Clairement, le guichet postal est une espèce en voie de disparition au Luxembourg.

www.post.lu