LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Le Luxembourg organisait hier son premier Renminbi forum

Ce n’est un secret pour personne: l’évolution de la place financière passe, entre autres, par la Chine. Hier, le Renminbi forum a accueilli pas moins de 300 participants, venus de l’Empire du milieu mais aussi d’autres places financières de renom telles que Londres ou Tokyo. Il faut dire que le Luxembourg entend être un acteur-clé dans ce marché en pleine croissance. Il peut déjà se targuer d’avoir sur son territoire les quartiers généraux de trois institutions financières chinoises de taille: Bank of China, ICBC et China Construction Bank. «Il y a d’autres banques dans le pipeline», assure Pierre Gramegna. Autre atout du pays, il a lancé la première émission de type «dim sum» hors de la Chine, c’était en mai 2011.

Cependant, il manque un ingrédient-clé au Grand-Duché: son autorisation RQFII qui lui permettrait d’investir des RMB offshore sur le marché domestique chinois. À ce jour, la seule place financière européenne à en disposer est Londres. «Nous sommes en contact permanent avec les autorités chinoises chargées de donnée l’autorisation et nous sommes optimistes», a fait savoir le ministre des Finances hier. En novembre dernier, un premier pas a été franchi du côté de la CSSF, qui a agréé le premier fond RQFII sous le cadre UCITS. Un second pas pourrait prochainement être réalisé en matière de reconnaissance mutuelle des fonds d’investissements basés au Luxembourg et en Chine. «Nous ne sommes pas dans des discussions formelles mais nous en parlons», a reconnu le CEO de Luxembourg for Finance Nicolas Mackel.

Une nouvelle mission économique programmée

Bref, il reste du pain sur la planche et ce n’est pas Pierre Gramegna qui contredira cela. Il s’envolera à la fin du mois de juin vers l’Empire du milieu pour une mission économique préparée avec Luxembourg for Finance. «Nous voulons continuer à attirer des investisseurs en RMB au Luxembourg», appuie le ministre des Finances. Et d’ajouter: «Aujourd’hui, nous sommes le leader incontesté en Europe et en zone euro pour les dépôts, prêts, fonds d’investissements en RMB, de même que pour les obligations en RMB.»

Sa croissance est fulgurante. En deux ans à peine, le RMB est passé de la 20ème à la 8ème place au classement des devises les plus utilisées dans le monde. Au Luxembourg, les dépôts en RMB ont triplé sur un an seulement, atteignant les 64 milliards en décembre dernier, ce qui ferait du Grand-Duché le leader européen en la matière, au dire de Pierre Gramegna.
www.rmb-business.com