LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Les négociations du plan social pour les employés de RTL Group vont démarrer la semaine prochaine dans une ambiance électrique

Les négociations sur le plan social chez RTL Group à Luxembourg qui va réduire de 94 postes le contingent de son «Corporate Center» du Kirchberg (pour passer de 112 à 18 postes) laisse déjà un goût amer aux syndicats qui ont bien l’impression que toutes les décisions ont été prises et que la marge de négociation sera très faible. Petit retour en arrière. Il y a quelques semaines, à la fin de l’été, RTL Group a annoncé en même temps que des résultats record (plus de 400 millions d’euros de bénéfices au premier semestre 2019), une restructuration de l’entité luxembourgeoise qui est pourtant le siège social du groupe.

Pour les 94 personnes qui sont laissées sur le carreau, dans le secteur de l’audit, du contrôle, du marketing et de la communication, les perspectives ne sont pas folichonnes raconte Pit Schreiner, secrétaire central pour les médias au sein de l’OGBL: «La moitié des personnes licenciées va se voir proposer des contrats allemands avec un déménagement sur le site de Cologne. Cela veut dire que même s’ils sont enclins à aller travailler en Allemagne, ils vont perdre tous les avantages de leur contrat luxembourgeois. La direction a dit qu’elle serait “très généreuse” avec eux, qu’ils auraient droit à une “compensation”. Mais qu’est-ce que cela veut dire? La retraite en Allemagne est à 67 ans, et ce ne sont pas les mêmes montants qu’au Luxembourg, la protection sociale n’est pas la même. Je doute que cette compensation soit suffisante. Mais de toute façon nous avons sondé les employés en interne, peu sont partants pour aller à Cologne. Beaucoup ont une vie de famille ici au Luxembourg, c’est une décision difficile à prendre pour la plupart d’entre eux».

Un bénéfice de 443 millions d’euros

Autre gros problème pour les syndicats: c’est l’excuse donnée par la direction de RTL Group de faire des économies afin de faire face aux «défis du futur» alors que le groupe a enregistré un chiffre d’affaires en augmentation de 4,2 % pour atteindre un niveau record, tandis que le résultat d’exploitation (EBITA) s’élevait à 538 millions d’euros et que le bénéfice a augmenté de 21% à 443 millions d’euros. Avec ce déménagement des compétences vers Cologne, c’est toute la stratégie du groupe qui va être pilotée depuis l’Allemagne alors que le siège du groupe se trouve toujours officiellement au Luxembourg… Mais peut-on encore parler de siège avec seulement 18 personnes à bord? «Cela va être une coquille vide, ces personnes seront là mais toutes les décisions seront prises à Cologne. Ce n’est pas ce que prévoit l’accord d’ancrage passé avec le gouvernement», estime le syndicaliste.

En effet, Xavier Bettel a signé un accord avec RTL Group. Le gouvernement s’engage à éponger le déficit de RTL Télé Lëtzebuerg à mesure d’une limite de 10 millions d’euros par an, et ce pour les années 2021-2023. En contrepartie, RTL Group s’engage à rester ancré au Luxembourg, mais les termes exacts de l’accord ne sont pas publics: «Nous allons insister pour savoir ce qu’il y a dans cet accord quant à l’ancrage, cela va au-delà des compensations du personnel. Est-ce que les 18 personnes restantes sont assez au regard de l’accord passé avec le gouvernement?», s’interroge Pit Schreiner. Si l’entité CLT-UFA (qui regroupe les activités de télévision et radio) n’est pas concernée, le représentant du personnel Serge Pauly craint néanmoins pour l’avenir: «Nous craignons que nos services administratifs soient aussi concernés, et ce qui n’est pas rassurant c’est que la direction du groupe ne nie pas». Les négociations démarrent la semaine prochaine pour une durée de deux semaines maximum.