LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

Lakshmi Mittal était absent de la table ronde européenne organisée à Bruxelles

Les responsables politiques luxembourgeois, français et belges l’attendaient de pied ferme. Mais Lakshmi Mittal était aux abonnés absents ce mardi. Le PDG d’ArcelorMittal a délégué la tâche à un second couteau, le directeur général de la division Acier plat en Europe, Robrecht Himpe.

L’absence remarquée du principal intéressé a suscité de vives réactions. Arnaud Montebourg a indiqué sur Twitter que «Mittal est sur la sellette» tandis que Jean-Claude Juncker, qui rendait visite à François Hollande ce mardi à l’Elysée, a fait savoir que le magnat de l’acier ne pourrait éviter la confrontation. François Hollande a emboîté le pas, ajoutant qu’ «il sera trouvé.»

Une table ronde, des recommandations

Mais cette disparition ou plutôt, cette défection de Lakshmi Mittal n’a pas empêché la tenue de la table ronde sur l’acier, orchestrée par le commissaire européen en charge de l’Industrie et de l’Entrepreneuriat Antonio Tajani. Outre les représentants syndicaux, entrepreneuriaux et politiques européens, soulignons la venue d’Étienne Schneider, Arnaud Montebourg et de Jean-Claude Marcourt. La plateforme de discussions entre industries, syndicats et la Commission européenne a adopté des recommandations destinées à établir un cadre commun à l’industrie sidérurgique européenne, et à maintenir sa compétitivité.

Parmi les actions recommandées, citons la poursuite de la libéralisation du secteur, l’observation du marché de l’acier en dehors des frontières de l’UE, la création dans chaque État membre de schémas de développements additionnels pour les nouvelles technologies ou encore, l’abstention d’établir des plafonds quant à la consommation d’acier à l’avenir.

Dans un communiqué, le LCGB a précisé que son vice-président Georges Conter avait assisté à la table ronde et que le syndicat suivrait «de très près l’évolution de ce dossier européen d’une importance non-négligeable pour l’industrie luxembourgeoise.» En outre, le LCGB a appelé au report des fermetures des sites sidérurgiques condamnés «tant que le plan d’action européen pour le secteur n’a pas été adopté.»

En Europe, la sidérurgie génère un chiffre d’affaires d’environ 150 milliards d’euros.

Le secteur compte 410.000 travailleurs soit 1,25% de l’emploi total dans l’industrie manufacturière. En 2008, 200 millions de tonnes d’acier brut ont été produit sur le Vieux continent, soit 16% de la production mondiale. L’europe est le deuxième plus gros producteur d’acier, après la Chine.