LUXEMBOURG
LJ

Omega 90 souligne l‘importance d‘une stratégie nationale en la matière

L’année 2017 aura été une année empreinte de changements pour Omega 90, l’association luxembourgeoise pour la promotion des soins palliatifs et l’accompagnement de deuil. En effet, après sept ans de bons et loyaux services, le directeur Henri Grün est parti à la retraite pour être remplacé par Christine Dahm, l’ancienne directrice du Cercle de Coopération des ONG de développement.

Un réseau pour la gériatrie palliative

Un autre fait marquant du rapport d’activité 2017, présenté hier matin au «Haus Omega» à Hamm aura été la création en octobre dernier du «Netzwierk Palliativ Geriatrie Lëtzebuerg» par au total six institutions participantes au projet pilote «Palliative Geriatrie». Ce projet a réuni, de mars 2016 à octobre 2017, sept institutions du long séjour désirant à se pencher sur le développement de la culture palliative dans leurs structures respectives.

Le réseau a été créé par les participants afin de continuer, entre autres, l’échange entre les institutions et de sensibiliser sur les sujets de la gériatrie palliative.

Visite inspirante à Londres

Un autre événement clé de l’année 2017 était la visite du «St. Christopher’s Hospice» à Londres avec des bénévoles et professionnels de Omega 90, ainsi que des professionnels externes. Le «St. Christopher’s», fondé dans les années 1960, est considéré comme le berceau des soins palliatifs. Une visite hautement inspirante pour les participants, selon le rapport d’activité.

Dans la préface de ce dernier, Roger Molitor, le président de l’association et Christine Dahm réitèrent aussi une demande de longue date: la mise en place d’un plan national soins palliatifs, à l’instar d’autres plans nationaux comme le plan national cancer ou le plan national de prévention du suicide.

«Une telle stratégie permettrait de mieux coordonner les services offerts par les acteurs sur le terrain en matière de soins palliatifs en définissant des objectifs clairs et en veillant à leur mise en œuvre», soulignent les auteurs dans leur préface.

En espérant que cette revendication fasse son chemin dans les programmes électoraux des partis...

L‘association fondée en 1990 a accompagné l‘an dernier près de 1.200 enfants, adolescents et adultes endeuillés lors de 3.244 séances de consultation. Le «Haus Omega», le centre de soins palliatifs de l‘asbl, a de son côté accueilli 127 patients pour une durée moyenne de séjour de 41 jours. La moyenne d‘âge des patients se situait à 72,87 ans. Le Service Formation a de son côté dispensé des formations en soins palliatifs à 850 professionnels de santé et du domaine psycho-socio-éducatif. 300 personnes environ ont fréquenté les conférences grand public de l‘association, qui compte 72 bénévoles actifs et a nécessité quelque 5,6 millions d‘euros pour pouvoir assurer ses services. Si l‘activité est financée pour la majeure partie par des conventions avec le ministère de la Famille et la Caisse Nationale de Santé, voire par des subsides du ministère de Santé, une partie croissante doit être financée par des dons. En 2017, il manquait 676.000 euros. Avis aux donateurs donc. LJ


Plus d’informations: www.omega90.lu