METZJEAN-PIERRE COUR

Vos déchets valent de l’or… mais pour d‘autres que vous - Investigation à Metz-Métropole

Haganis créée le 1er janvier 2002, s’occupe de la prise en charge des déchets ménagers de Metz-Métropole. Son nom sonne comme celui d’une société commerciale. Cependant, Haganis est un établissement public… qui a pourtant un statut particulier à mi-chemin entre le privé et le public. Pourquoi? Car elle peut dès lors afficher des tarifs variés selon ses clients. Ainsi, Haganis module ses tarifs entre les 44 communes de Metz-Métropole et les autres communes dans son portefeuille en clientèle propre. Ce qui fait que le tarif lié au traitement des déchets ménagers navigue dans le flou le plus complet sans contrôle sauf par le biais des communes et des communautés d’agglomération et par rebond à la Cour de Comptes. Tout cela reste donc furieusement complexe à démêler et donc relativement obscur. Mais c’est sans doute là une opacité voulue.

Un monopole peu écologique

Veolia, un temps, visait le marché des déchets en Moselle. Metz-Métropole était donc une cible de choix. Le poids de cette multinationale mais surtout l’aspect assez volatile du prix de ses services a freiné l’accord. Mais Véolia-Propreté ne connaît pas pour autant la crise et son chiffre d’affaires est en augmentation constante.

Mais là, l’obscurité était trop profonde et l’agglomération a choisi Haganis pour une meilleure maîtrise des coûts. De fait, les multinationales les mieux implantées sur le marché mondial des déchets sont françaises. Les mêmes possèdent la presque totalité des marchés de collecte et d’exploitation des incinérateurs et des décharges. Veolia, avec sa filiale Veolia-Propreté, est présente dans 36 pays, dont la France, via de multiples filiales. Suez, avec ses filiales SITA et Novergie, est présente dans 15 pays, dont la France via ses antennes régionales et plusieurs filiales. TIRU, filiale d’EDF à 51% du capital, Veolia et Suez, sont présentes en France, au Canada et en Angleterre. Les trois quarts du marché de l’incinération de déchets non dangereux en France sont ainsi entre les mains de TIRU, Veolia et Suez. Ces deux dernières se partageant également près de la moitié des décharges privées de déchets non dangereux. Cette situation de quasi-monopole s’est construite sur plusieurs décennies et a été éclaboussée par de nombreux scandales politico-financiers dans le domaine de surfacturations, de pots de vin, etc. du coup, tout ceci empêche aujourd’hui l‘émergence d’une concurrence saine dans le domaine des déchets et le développement des alternatives.

Pousser au volume

Alors même que tout le monde s’accorde sur le fait que le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit, ces entreprises n’ont aucun intérêt à encourager la réduction à la source des déchets, puisque c’est justement le déchet produit puis traité… qui leur rapporte. Les critères environnementaux ne pèsent pas lourd face aux critères de rentabilité économique: cet état de fait explique en partie le retard de la France dans la gestion de ses déchets. Bref, le tarif d’enlèvement des déchets ménagers n’est pas un geste envers l‘écologie, comme elles aiment à le faire croire, mais semble bien aller en direction de l’enrichissement de ces sociétés multinationales...

Des explications à la FIM

A noter que du 25 septembre au 5 octobre, le stand de Metz Métropole à la Foire Internationale de Metz (FIM) va expliquer aux visiteurs les gestes simples pour réduire durablement la production de déchets. L’on pourra aussi se renseigner sur ce que l’Agglomération met en place pour faciliter le ramassage des déchets. Cette année, c’est donc une maison de 100m2, divisée en quatre espaces de vie qui attend les visiteurs.

Ainsi, avant d’entrer dans la maison, passage obligatoire par la rue pour un petit rappel utile: chaque habitant de Metz Métropole produit 550 kilogrammes de déchets par an! L’on évoquera aussi le gaspillage alimentaire mais aussi de papier au bureau. La visite se complètera par le jardin où les guides composteurs de Metz-Métropole expliqueront comment réaliser de l’engrais de qualité pour pas un radis!