LUXEMBOURG
CLAUDE KARGER

Tourouvre-au-Perche, village normand un peu perdu entre Caen et Le Mans a été le théâtre d’une première mondiale en décembre 2016. La ministre française de la Transition Ecologique de l’époque, Ségolène Royal, s’était déplacée avec tout un entourage pour inaugurer une route d’un kilomètre entièrement recouverte de dalles solaires.
Il s’agit là de très fins modules de 7 mm d’épaisseur seulement enrobées dans un substrat multicouche et développés par la sociéte Colas, une entreprise du groupe Bouygues. La solution «Wattway» est née de plusieurs constats: d’abord évidemment la faim d’énergie dans le monde qui devrait doubler d’ici 2050. Ensuite le constat que les routes ne sont utilisées par des véhicules que 10% du temps. Les dalles, dont le constructeur affirme que 20 m2 suffiraient à alimenter une maison en énergie, peuvent être collées assez facilement sur l’infrastructure existante. Le coût en est encore important. Ainsi le projet de Tourouvre-au-Perche aura généré une facture de quelque cinq millions d’euros pour démontrer que l’énergie produite suffirait à alimenter l’éclarage public dans le village de quelque 3.500 habitants. Si l’objectif a pu être pratiquement atteint, l’expérience aura aussi permis de détecter les problèmes liés à cette nouvelle solution (usure, bruit, étanchéité...) d‘ailleurs primée à la COP21 à Paris en 2015. Et le groupe investit fort dans l’amélioration de ces dalles qui ont suscité un fort intérêt de par le monde. Ce n‘est certainement qu‘une question de temps jusqu’à ce qu’une expérience-pilote soit mise en place au Luxembourg aussi. A noter que les Néerlandais étaient en 2014 les premiers au monde à inaugurer une piste cyclable à Krommenie. «SolaRoad» génère bien 3.000 kWh d’énergie par an, mais le coût de construction aurait suffi à payer pour 520.000 kWh. Des projets intéressants qu’il faut voir dans la durée donc.