REMICHJOS. MEYER

Les points forts des vins Desom - La maison faisait déguster le millésime 2014

Lorsque Marc Desom parle du millésime 2014, il le qualifie de bon, voire même très bon, ceci qualitativement et quantitativement. Il s’agit de toute façon d’un millésime attendu par les amis de vins jeunes. Précisons que la plupart des vins de Desom sauront bien vieillir, et les consommateurs avisés profiteront sans aucun doute d’un vieillissement complémentaire de plusieurs années.

Inutile donc de boire le 2014 trop rapidement. Disons encore que Desom ne participera pas à la prochaine foire de printemps à Kirchberg, car c’est dans la grande et accueillante salle de dégustation du domaine qu’on présentera cette année les vins, ceci dans le cadre de six journées de dégustation.

La gamme Crémants de Luxembourg

La dégustation du millésime 2014 concernait d’abord la gamme classique de Desom, avec un Rivaner Côtes de Remich au grand bouquet. Un vin agréable de petite et moyenne restauration vendu seulement 4 euros le col. Vin gras, l’Auxerrois Remich Primerberg affiche une belle harmonie (6 g/l d’acidité; 8,4 g/l de sucre résiduel). Ce vin saura bien vieillir (6,85 euros). Beau vin gastronomique que ce Pinot blanc Bech-Kleinmacher Naumberg qu’on devrait commercer à boire dès fin 2016 (7,05 euros). La dégustation portait ensuite sur 4 Riesling, vendus tous seulement 8,05 euros la bouteille. Nous avons apprécié le Riesling Stadtbredimus Dieffert à l‘équilibre réussi entre les corps gras, l’acidité (7,3 g/l) et le sucre résiduel (9,8 g/l). Très agréable aussi et gastronomique, le Wellenstein Kurschels est plus puissant et plus ample, mais moins élégant au palais que le Dieffert (7,4 g/l d’acidité; 9,8 g/l de sucre résiduel). En ce qui concerne le Pinot gris de Desom, les prix sont de 8,5 euros la bouteille. Au niveau des vins présentés, c’est le Wellenstein Foulschette qui a marqué cette dégustation. Fin, aromatique, long et équilibré (7,1 g/l d’acidité; 9,3 g/l de sucre résiduel), ce grand vin, qu’on peut boire assez rapidement, fait saliver. A acheter, à boire et à apprécier. Ceux qui aiment le Pinot gris onctueux, avec une douceur non désagréable, devraient se laisser séduire par le Wintrange Hommelsberg (7 g/l d’acidité ; 11,3 g/l de sucre résiduel). On aimera ou on n’aimera pas ! Citons aussi, dans la gamme «pinot noir» Desom, deux vins «à couleur». Par exemple le vin rosé AOP Côtes de Remich (7,65 euros), et le Pinot noir rouge 2013 Côtes de Remich (8,85 euros), deux vins qui vont accompagner les repas d’été en 2015. Notons que le rosé a été obtenu par saignée, qu’il est sec et gouleyant à merveille. Un beau rosé de chez nous, signé Marc Desom (5,5 g/l d’acidité ; 3,5 g/l de sucre résiduel).

Dans les cuveries souterraines

Quant aux vins du domaine Desom, disons d’emblée qu’ils ont en commun des rendements faibles qui se situent aux alentours de 50 hl/ha. Ces rendements à part, les Desom les font accompagner par un travail dans le vignoble soigné et par des sélections rigoureuses de la matière première. Malgré ces efforts qualitatifs, Desom propose les vins du domaine à 10,95 euros le col, ce qui constitue un rapport qualité/prix qui mérite une citation particulière. Parmi les vins qui ont retenu notre attention, le Pinot blanc Remich Maateberg, concentré, gras, minéral et long, a sa place en haute gastronomie (7,2 g/l d’acidité; 10,3 g/l de sucre résiduel).

Moins gras et plus fin, le Riesling Wormeldange Wousselt déploie un bouquet d’arômes liés sans doute au vieux vignoble. Ce vin «à la française» présente 8 g/l d’acidité et 7 g/l de sucre résiduel. Toujours au niveau des vins du domaine, c’est le Pinot gris Remich Hôpertsbour qui se démarque nettement par sa structure. Ce vin aromatique, très faible en sucre résiduel pour un pinot gris (7,3 g/l seulement) est un vin aromatique qui plaira à table. Ce pinot gris est une découverte authentique qui devrait bien v ite rejoindre les caves des grands connaisseurs. Au prix de 10,95 euros la bouteille, il ne faudrait pas hésiter et l’acheter. Toujours au niveau des vins du domaine, le Pinot noir Bech-Kleinmacher Enschberg 2013, vin structuré, puissant et épicé, a bénéficié d’un rendement de 40 hl/ha seulement. Vu le côté gras que de vin, élevé dans le chêne pendant 12 mois (50% de chêne neuf), il sera un grand vin de garde. A noter le prix très sage de 11,30 euros seulement.