LUXEMBOURG
LJ

Ce 19 août, la Journée mondiale de l’aide humanitaire - Le nombre des engagés tués ou blessés augmente

Charline, Stella, Nadifa, Myriam, Léo, Antonin: six jeunes gens âgés de 25 à 31 ans qui s’étaient engagés dans l’ONG Acted pour venir notamment en aide aux populations déplacées par le conflit qui agite le Niger, contrôlé en partie par des forces djihadistes. Ce dimanche 9 août, ils ont été froidement exécutés ensemble avec leur chauffeur Boubacar et Kadri, président de l’Association des guides des girafes du parc de Kouré à 60 km au sud de la capitale Niamey qu’ils visitaient ce jour.

Les experts pointent du doigt comme auteurs du meurtre l‘Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), actif dans la zone des «trois frontières» (Mali, Niger, Burkina Faso) où il est pourchassé par les armées nationales et la force française Barkhane, qui déploie plus de 5.000 hommes au Sahel. L’attentat n’a toujours pas été revendiqué, l’enquête est en cours. On suppose que les victimes auraient été ciblées parce que occidentales, en représailles pour Barkhane et évidemment pour terroriser les autres travailleurs humanitaires en mission sur place. Cet exemple brutal fait apercevoir les risques qu’encourent les travailleurs de l’humanitaire.

125 travailleurs de l‘humanitaire tués en 2019

Selon les Nations Unies, l’an dernier, 483 d’entre eux ont été attaqués lors de 277 incidents ayant pour la plupart eu lieu en Syrie, au Soudan du Sud, en République Démocratique du Congo, en République Centrafricaine, en Afghanistan, ou Yémen et au Mali. On déplore 125 tués, 234 blessés et 124 kidnappés.

L’Organisation Mondiale de la Santé a de son côté recensé en 2019 plus de 1.000 attaques contre du personnel et des établissements de santé, faisant 199 morts et 628 blessés. A noter que 90% de toutes les attaques dans le monde concernaient du personnel national.

En 2020, plus de 100 attaques contre des humanitaires ont déjà fait 203 victimes dans 18 pays, avec 74 morts.

Ce 19 août, le monde rend hommage à ceux qui bravent danger et adversité pour aider tous les ans des millions de personnes dans le monde. A l’origine de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, une autre tragédie: l’attentat au camion piégé du 19 août 2003 contre le siège des Nations Unies à Bagdad, causant la mort de 22 personnes, dont le représentant spécial de l’ONU en Irak, Sergio Vieira de Mello.