LUXEMBOURG
LJ

Au bout d‘une année 2019 «compliquée», LuxairGroup affiche un résultat net de 8,1 millions d‘euros

Sans surprise, Gilles Feith a été nommé hier par le conseil d‘administration de LuxairGroup successeur d‘Adrien Ney comme Président du Comité de Direction et Directeur Général à partir du 1er juin. Qu‘Adrien Ney allait faire valoir ses droits à la retraite après 15 ans passés à la tête de la compagnie aérienne national, était connu depuis un certain temps déjà. Voici donc un licencié en Sciences commerciales et financières avec une large expérience en Informatique et Management qui prend les rènes de LuxairGroup. Ancien Directeur du Centre des technologies et de l‘information de l‘Etat (2014-2019), Feith, bientôt 44 ans, était jusqu‘ici Premier Conseiller de Gouvernement au Ministère des Affaires étrangères et européennes à la Direction de la Défense. Son chef, le ministre de la Défense François Bausch (déi gréng) lui atteste de très amples compétences en matière de gestion de crise. Sans doute devra-t-il les mettre à profit immédiatement, car l‘année 2020 promet d‘être catastrophique pour le secteur de l‘aviation dans sa globalité. Luxair ayant été contrainte de laisser la plupart de ses avions au sol depuis le 24 mars dernier en raison de la pandémie, la reprise des activités d‘aviation passagers, de la branche services et de la branche tourisme ne devrait se faire que progressivement à partir du mois de juin. «Bien que financièrement solide et stable, les effets de cette crise, dont l‘intensité et la durée sont encore difficilement prévisibles, ont affecté le Groupe», indique Luxair dans un communiqué de presse, ne voyant des prévisions encourageantes que du côté du Cargocenter, où transitent actuellement des volumes de marchandises importants.

L‘année 2019 fut déjà difficile pour le secteur aérien, influencé lui aussi par des turbulences type Brexit, guerres commerciales, concurrence acerbe, prix du kérosène élevé ou tensions géopolitiques. Le groupe Luxair a clôturé l‘exercice avec une perte opérationnelle de 2,6 millions d‘euros et un résultat net de +8,1 millions, le pilier Airlines accusant un résultat opérationnel de -12,1 millions d‘euros.

Si le nombre de passagers transportés affiche un recul de 1% - le taux d‘occupation des avions étant restée constante à 64% - LuxairTours enregistre pour la deuxième année de suite une belle progression de 11% dans la vente de voyages à forfait, engrangeant du coup un résultat opérationnel de 10,1 millions d‘euros. LuxairServices, qui a assisté 4,4 millions de passagers en transit au Findel - en préparant notamment 2,3 millions de plats dans son unité de catering - affichait en 2019 un résultat opérationnel de 2,5 millions d‘euros. Inflexion cependant chez LuxairCargo avec une perte de 3,1 millions d‘euros après 7% de chute du tonnage manutentionné (à 893.000 tonnes) en 2019 dans un environnement économique international tendu. A noter qu’une heure d’actualité au sujet de la situation du secteur de l’aviation civile figure au menu de la Chambre des Députés cette après-midi.