LUXEMBOURG
FRANÇOIS-XAVIER DUPRET

La journée internationale de la charité est célébrée tous les 5 septembre. L’objectif de cette journée est de promouvoir le rôle des dons, du volontariat et des activités philanthropiques pour lutter contre la pauvreté. François-Xavier Dupret, Responsable Analyse et Partenariats au sein du Cercle de Coopération des ONGD, revient sur cette journée.

«Le Luxembourg compte de nombreuses ONG de développement. Ces ONGD travaillent en partenariat avec des organisations du Sud pour mettre en oeuvre des projets sur le terrain afin d’accompagner les populations les plus vulnérables à accéder à une vie meilleure. Dans la majorité des cas, l’argent des donateurs privés servira à financer des projets qui seront cofinancés par la direction de la coopération au développement du Ministère des Affaires Étrangères. Ces projets visent au changement des conditions de vie des populations et à ce que les droits fondamentaux des personnes soient réalisés. D’autres projets ont des objectifs de plaidoyer politique et d’éducation à la citoyenneté mondiale pour la consolidation de sociétés plus justes et plus durables.

Le travail de ces ONGD serait impossible sans l’énergie des bénévoles et sans les donateurs privés qui les soutiennent financièrement. C’est l’occasion de les remercier chaleureusement pour leur générosité et mettre en avant leur rôle primordial pour la perpétuation d’un monde associatif dynamique indispensable pour le bon fonctionnement de nos sociétés démocratiques.  Le don est un acte de charité très important, mais la notion de charité s’entend au-delà de la notion de don et du bénévolat.

Le mot charité vient du mot latin “caritas” qui  signifie l’amour du prochain ou du genre humain. La charité est la vertu qui porte à désirer et à faire le bien d‘autrui. C’est plus qu’un geste ponctuel, c’est un état d’esprit. Elle implique de veiller à ne pas nuire, de veiller au partage équitable des biens communs et à leur préservation. Faire preuve de charité, c’est prendre pleinement conscience des enjeux globaux de notre siècle et s’engager de manière bienveillante en tant que citoyen.ne du monde. Faire acte de charité c’est donc consommer et agir de façon responsable en mettant tout en oeuvre pour réduire les facteurs qui produisent les inégalités et la marginalisation de certaines populations. Cela implique une mise en cohérence entre notre espérance en un monde meilleur et nos modes de vie.»