LUXEMBOURG
TRACY HEINDRICHS

Zero Point Five en concert à la Rockhal ce 31 octobre - Ce qui attend les fans

Le groupe de musique luxembourgeois Zero Point Five fête ses dix ans et la sortie de son nouvel album «Southern Breeze» qui mélange country moderne, folk et musique électronique. A cette occasion, les deux membres fondateurs du groupe, Kiko Menichetti et Gilles Saracini parlent de leur évolution ces dix dernières années, et de ce que jouer de la musique country présente comme défis et opportunités en Europe.

Comment est-ce que vous avez évolué en tant que groupe ces dix dernières années?

Kiko Au début, quand Gilles et moi étions encore au lycée, on faisait surtout de l’acoustique. Puis, en 2016, on a essayé d’autres choses en prenant une direction un peu surprenante pour notre EP Southbound, une direction dans laquelle nous sommes encore plus ancrés maintenant. Notre style actuel est beaucoup plus folk et country tout en restant pop. En soi, c’est de la pop avec des instruments de folk comme les mandolines et les violons, qui sont traditionnellement plus présents dans l’Irish folk ou le Bluegrass. On a également ajouté des touches de musique électronique. Mais finalement, ce qui a changé le plus, c’est qu’il y a beaucoup plus de membres officiels dans le groupe. Avant, on était deux, maintenant on a Chris au violon, Nath à la basse, Sander au piano et Dan à la batterie. Chacun d’entre eux a également été impliqué dans l’écriture des textes et chansons sur le nouvel album, alors qu’avant, ils l’étaient moins.

Quel est le type d’émotion que vous voulez faire passer avec votre musique?

Kiko On a des chansons mélancoliques et sérieuses mais le fil rouge dans notre musique et nos textes reste de communiquer un message d’optimisme et positivité.

Gilles Je pense que c’est pour ça que notre groupe a naturellement évolué vers la folk/country - ce sont des genres assez détendus, où l’on chante des histoires drôles et aime faire la fête entre amis. En plus, comme tous les membres du groupe actuel sont des amis de longue date, ça s’emboîtait parfaitement avec le style et le sentiment d’amitié et de positivité qu’on veut offrir à notre public. Il y a trop de problèmes dans le monde, et on préfère promouvoir les beaux aspects de la vie.

Quand on compare vos anciennes chansons et les nouvelles, on remarque qu’il y a beaucoup plus d’éléments de la musique country dans les derniers titres. Quelles sont vos influences?

Kiko Au Luxembourg, les gens ont une idée de la country assez fausse. Ils s’imaginent la country des années ’70, avec des types en salopettes et chapeaux de paille. Nous, on s’inspire de la country moderne d’Amérique du Nord, qui est beaucoup plus pop. Aux États-Unis, la country moderne a un grand public. Notre but, c’est aussi de montrer au public luxembourgeois qu’on peut faire de la musique country sans tomber dans les clichés.

Gilles Évidemment, on s’adapte quand même au contexte européen au niveau de nos textes, mais on veut changer la vision que les gens ont de ce style musical.

Kiko Je pense que ce qui nous a aussi poussé, c’est que de nos jours, on entend beaucoup la même musique en journée à la radio qu’en boîte de nuit. C’est rare d’entendre de la musique d’un genre bien défini, avec des vrais instruments identifiables. Pour nous, la country ne peut pas vraiment être créée avec un ordinateur, il faut des vrais instruments. On a quand même ajouté des éléments de musique électronique, parce que parfois c’était le petit truc spécial qui manquait à une chanson.

Est-ce que c’est difficile de faire de la country en Europe?

Kiko On a la chance d’avoir un public très varié en âge mais cela reste assez difficile, à vrai dire. Contrairement à la musique plutôt niche, comme le dark metal, où on peut plus facilement trouver d’autres groupes avec lesquels collaborer en concert.

Gilles Il n’y a pas vraiment le même type de communauté pour la country moderne. Il y a des groupes de country évidemment, mais ce sont souvent des gens plus âgés, qui font de la country assez traditionnelle. On a quand même trouvé un groupe de Metz, The Yokel, qui utilise les mêmes instruments que nous, mais qui est plus d’un style indie et fêtard.

Kiko On a l’opportunité également de montrer aux organisateurs de festivals et aux spectateurs que la country que nous faisons n’a rien à voir avec le stéréotype qu’ils ont en tête. N’empêche que la country moderne se crée sa place dans la musique mainstream. On entend de plus en plus ce genre à la radio, comme «Old Town Road » de Lil Nas X par exemple.

Gilles Oui, Lil Nas X a vraiment donné de la visibilité à notre type de country.

Est-ce que vous jouez à l’étranger ?

Kiko C’est notre but pour l’année à venir. On aime jouer au Luxembourg, mais on aimerait s’exporter un peu plus. Et puis, on trouve que notre musique a acquis une sonorité plus internationale entre-temps. Comme on chante en anglais en plus, ça nous donne quand même potentiellement plus d’accès à des auditeurs à l’étranger. On compte organiser des concerts en France, Allemagne, Belgique et aux Pays-Bas très prochainement.

A quoi peut-on s’attendre pour le prochain concert?

Gilles C’est un concert pour lequel on s’est vraiment préparé. On a aussi beaucoup plus travaillé le côté visuel du concert, parce qu’on veut vraiment offrir un show immersif au public. Des amis à nous sont en train de créer des structures en bois pour la scène, et des techniciens de lumières ont programmé plein d’illuminations spéciales pour les différentes chansons.

Kiko On a vraiment voulu créer une ambiance spéciale pour accueillir l’audience dans l’univers de Zero Point Five. Il y aura plein de lumières et de déco en bois, ce qui est typique de la country. Et puis, on a choisi The Yokels comme première partie parce qu’ils nous aideront à fabriquer ce type d’atmosphère. Ce sera une expérience nouvelle pour le public, je pense, parce qu’il pourra découvrir un style et une atmosphère avec laquelle il est assez peu familier. On espère que ça plaira autant aux gens que ça nous a plu à nous de créer cette expérience!

Zero Point Five se produira ce jeudi 31 octobre à 19.30 à la Rockhal. Le groupe présentera aussi bien son nouvel album «Southern Breeze» que d’anciennes chansons, inspirant un peu plus de joie et positivité dans le monde. Pour plus d’informations, visitez le site du groupe www.zeropointfiveband.com. Les entrées pour le concert sont disponibles sur www.e-ticket.lu