LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

LuxFLAG présente son label dédié au financement climatique avant une série d’annonces teintées de vert

Les fonds d’investissement qui financent des mesures dans la lutte contre le réchauffement climatique peuvent désormais demander à porter le «LuxFLAG Climate Finance Label». Ce label de LuxFLAG a été présenté ce vendredi à la presse dans un contexte particulier.

Il s’inscrit en effet dans les projets menés par l’initiative «Climate Finance Task Force», née dans la foulée de la signature de l’Accord de Paris sur le climat. «Nous pensons que la place financière a un rôle fondamental à jouer pour la réduction des émissions», soutient le ministre des Finances Pierre Gramegna. Mardi, la Bourse de Luxembourg présentera le deuxième projet de l’initiative gouvernementale dans le domaine des obligations vertes ou «green bonds». D’ici quelques semaines, la Banque européenne d’investissement (BEI) et le gouvernement lèveront le voile sur une joint-venture unique en son genre: une plateforme de financement d’investissements climatiques. Le gouvernement luxembourgeois et ses partenaires industriels se sont fixés deux objectifs, à savoir contribuer de manière crédible dans la lutte internationale contre le réchauffement climatique et d’autre part, établir et positionner le Luxembourg comme un centre international du financement climatique. «Nous voulons donner une empreinte climatologique à notre place financière», souligne Pierre Gramegna.

Quatre gestionnaires déjà engagés

Mais revenons au label de financement climatique. Il est le 4ème de l’agence LuxFLAG après celui dédié à la microfinance, à l’environnement et à l’ESG (Environmental, Social and Governance). A ce jour, LuxFLAG a décerné 52 labels pour un total de 12,78 milliards d’euros actifs sous gestion. Une somme appelée à gonfler compte-tenu du fait que quatre gestionnaires de fonds ont déjà soumis leur demande pour le label de financement climatique.

Le label est octroyable pour une période de douze mois puis renouvelables pour la même durée. Quant à la «Climate Finance Task Force», son action semble infinie vu la hauteur des enjeux climatiques: «16.500 milliards d’euros seront nécessaires pour accomplir la tâche», a souligné le ministre des Finances.