La journée internationale des coopératives est une célébration annuelle du modèle de la coopérative, partie intégrante du modèle d’économie sociale et solidaire. Pour l’édition 2020 qui aura lieu le 4 Juillet, Marine Lefebvre, Responsable du service Information de «SOS Faim – Luxembourg» nous explique quels sont les avantages de ce modèle alternatif.

«Les sociétés coopératives offrent de nombreux avantages qui dépassent les seules considérations économiques. L’enrichissement personnel n’étant pas, à la différence du modèle capitaliste dominant, au cœur du projet coopératif, il y a de la place pour le partage de nombreuses valeurs communes autour de la solidarité, du bien-être collectif, de l’émancipation.

L’objectif de la coopérative est certes de produire et de vendre, mais ses buts sont multiples: contrôle démocratique par les membres, apprentissage de l’autonomie et de l’indépendance, mais aussi l’éducation, la formation ; la coopération entre les membres, la mutualisation des ressources et le dévouement à la communauté!

L’activité de la coopérative est portée collectivement, sur la base «un membre, une voix», avec un mode de gouvernance propre à chaque coopérative, permettant une délibération politique sur les prix, ceux de vente des produits et celui de la rémunération des coopérateurs notamment. En limitant l’enrichissement personnel au profit du collectif, le projet du modèle coopératif consiste à offrir plus de services et d’entraide, propices à une meilleure qualité de vie pour améliorer le quotidien des moins nantis.

C’est pourquoi ce modèle offre des atouts inestimables en particulier au monde rural des pays en développement: on voit par exemple se former des coopératives de femmes qui grâce à la coopération entre elles et aux formations proposées par la coopérative, acquièrent la capacité de prendre en main leur destin!

C’est pour toutes ces raisons que SOS FAIM, ONG de développement, compte de nombreuses coopératives parmi ses partenaires en Afrique de l’Ouest notamment, mais on peut aussi ici souligner la volonté de SOS Faim de soutenir des initiatives locales, y compris au Luxembourg. C’est ainsi que SOS Faim a décidé d’investir une part de ses réserves dans de jeunes coopératives luxembourgeoises à raison de 15.000 euros maximum par initiative, ce qui s’inscrit dans le prolongement concret de la campagne de sensibilisation «Changeons de menu» qui promeut la transformation de notre système alimentaire.

Pourquoi est-il important d‘avoir une journée dédiée aux coopératives? Parce qu’un autre monde est possible! Pour rappeler qu’il existe une alternative à la concentration des capitaux dans les mains de quelques-uns. Or, dans la période actuelle qui voit l’explosion des inégalités et l’extrême concentration des richesses aux mains d’une poignée d’entrepreneurs, le monde a besoin de solutions fondées sur la coopération plutôt que sur la concurrence entre les individus. D’où l’importance de défendre et célébrer les coopératives pour promouvoir un monde plus juste, plus équitable, plus solidaire, plus démocratique».