LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Luxembourg prépare la riposte contre les cyberattaques d’envergure

Les Luxembourg internet days ont démarré hier, et la tradition veut que Xavier Bettel annonce quelque chose de substantiel. les rumeurs allaient bon train avant son allocution, certains parlaient même de Google (dont on attend des nouvelles pour l’implantation de son data centre depuis des mois) mais finalement… Beaucoup de bruit pour rien.

La cybersécurité est au cœur des préoccupations du gouvernement luxembourgeois, qui a été victime d’une cyberattaque le 27 février 2017 sur les serveurs de l’Etat. Depuis, les négociations ont démarré entre le Comité cybersécurité sécurité interministériel (avec sept ministères) et LU-CIX a.s.b.l., pour développer une infrastructure prête à réagir en cas de crise: «Le but est de mettre en place un système pour filtrer les attaques et faire en sorte que les sites luxembourgeois et le trafic national soit préservé», explique Marco Houwen, président de LU-CIX.

Xavier Bettel, en sa qualité de Premier ministre et ministre des Communications, a annoncé hier le renforcement de l’action de LU-CIX dans le cadre d’un plan national de cybersécurité. «Les investissements doivent correspondre à nos besoins. Le Luxembourg doit être proactif, évaluer la menace et agir en conséquence», a estimé le Premier ministre.

Un point d’interconnexion entreles différents réseaux

Le Haut commissariat à la protection nationale (HCPN) a été mis en place pour renforcer l’infrastructure de LU-CIX dans un premier temps. Autrement dit, augmenter le trafic et l’infrastructure existante avec des équipements plus sécurisés: «Le but est d’avoir plus de stabilité et de garantir le trafic en cas d’événement extraordinaire. Quand l’avion de
Luxair s’est crashé il y a plusieurs années, tout le monde a voulu s’informer en même temps, ce qui a complètement engorgé le réseau. Avec nos travaux d’infrastructure, nous avons pu enregistrer l’année dernière une augmentation de 40% du trafic sur le réseau national», estime Claude Demuth, CEO de LU-CIX.

L’a.s.b.l. est devenue un point d’interconnexion entre les différents réseaux des opérateurs nationaux. Les contenus diffusés au Luxembourg sur les plateformes Netflix, Youtube etc. sont déjà stockés sur les serveurs de LU-CIX, cela permet aux internautes suivant de pouvoir regarder ces mêmes contenus, mais grâce au réseau interne. «80% du trafic national passe par LU-CIX, notre renforcement des infrastructures sera effectif à la fin du premier trimestre 2019», assure Claude Demuth.

Une fois que le réseau sera à même d’absorber un trafic anormalement important, LU-CIX entrera dans la deuxième phase de son plan: le centre national de filtrage qui protègera le pays en cas de crise, à la demande du HCPN. Estimé comme l’un des plus importants en Europe, LU-CIX se donne entre 18 et 24 mois pour achever ce projet. D’ici à 2020, en cas de crise et de réseaux internet coupé à l’extérieur du pays, les internautes luxembourgeois pourront toujours accéder aux sites hébergés au Luxembourg: «C’est une grande avancée de garantir l’accès au réseau national en cas de crise», estime Marco Houwen