LUXEMBOURG
ZOHRA BARTHELEMY

Les incendies ravagent l’Australie depuis plusieurs semaines maintenant, avec des autorités impuissantes, une population déplacée et une faune décimée. Les images d’Australiens réfugiés sur les plages face aux flammes ONT choqué le monde entier. Les stars se sont mobilisées pour aider le pays grand comme un continent. L’arrivée de la pluie va permettre de circonscrire l’ampleur des incendies, mais les conséquences vont s’inscrire sur le long terme pour un pays qui était si fier de sa nature. Une véritable catastrophe écologique qui a alerté le collectif Youth for Climate. Ce dernier a organisé une manifestation samedi dernier à Luxembourg pour alerter les autorités publiques sur les conséquences désastreuses du changement climatique qui touche le monde entier.

«Il y a des incendies en Australie chaque année, mais cette fois c’est vraiment brutal, les incendies ont ravagé une superficie qui représente 30 fois plus que le Luxembourg, avec beaucoup de dommages. 25 personnes sont mortes et nous sommes encore tôt dans la saison estivale, c’est loin d’être réglé et cela ne présage rien de bon pour la suite de la saison. Tout cela est dû à une augmentation des températures, un manque d’eau, ce qui a aggravé la propagation des incendies qui sont devenus incontrôlables, les autorités sont complètement désemparées face à l’ampleur des incendies. Ce n’est pas la première fois que l’on témoigne de feux de cette ampleur, mais la différence c’est que cette fois cela touche un pays riche, c’est le parfait exemple que cela peut nous toucher nous aussi. Ca n’arrive pas quelque part en Afrique, mais dans un pays comme les nôtres. Quand l’Amazonie brûle, tout le monde s’en fiche finalement, il y a eu peu de retombées médiatiques, c’est plus difficile d’être touché personnellement, mais pour l’Australie nous voyons les photos, la population qui se réfugie sur les plages, cela nous touche plus, même si c’est la même chose.

C’est ce à quoi ressemble le changement climatique. La population qui fuit les catastrophes naturelles, c’est tout un symbole pour les pays riches que nous représentons. Et c’est seulement le début. Nous avons organisé une manifestation, car normalement les pays riches ne réagissent pas, mais là c’est un exemple de ce qui peut se passer ici si les incendies deviennent hors de contrôle. Nous avons déjà vécu un été avec des températures quasi extrêmes au Luxembourg, mais ce qui était exceptionnel va devenir la norme. Nous allons devoir nous habituer à des conditions de plus en plus inhospitalières. Même notre richesse ne nous protégera pas de ce genre d’événement. Nous étions là pour dire qu’il faut donner, à la Croix-Rouge ou aux autres ONG qui protègent l’environnement, mais aussi pour dire aux politiciens et aux gouvernements qu’il faut appliquer des normes plus strictes. Le Luxembourg utilise par exemple toutes ses ressources annuelles dès le mois de février, cela ne peut plus durer comme ça. Nous avons une place financière qui est très importante, là où des mauvaises décisions sont prises, c’est mauvais pour le climat et pour nous.»