LUXEMBOURG
AUDREY SOMNARD

Spaces a inauguré ses locaux mercredi place de la Gare

Cela fait plusieurs semaines maintenant que les clients de Spaces se rendent dans leurs nouveaux locaux partagés, place de la Gare. Avec d’abord une inauguration prévue en novembre dernier, le groupe a finalement préféré peaufiner son dernier petit bijou pour organiser l’inauguration officielle ce mercredi. Spaces est le dernier né d’International Workplace Group (IWG) - dont Regus est l’une de ses marques -, et ils font très fort avec cette première implantation au Luxembourg sous cette marque: un espace de coworking de 6.400 mètres carrés.

«La demande est là»

Aujourd’hui, le bâtiment situé non loin de la passerelle vers Bonnevoie n’est occupé qu’à 30% de ses capacités, mais l’équipe de commerciaux est à pied d’oeuvre pour chercher des clients. «La demande est là», assure William Willems, directeur général de Spaces Luxembourg qui est basé à Bruxelles. Avec un tel investissement de la part du groupe, un si gros bâtiment si bien localisé à deux pas de la gare, les enjeux financiers sont énormes. Mais pas de quoi inquiéter ce professionnel de l’immobilier de bureaux: «Nous avons accès aux meilleurs tarifs, notre force d’achat est supérieure à d’autres, de plus nous avons négocié un long bail ce qui nous laisse le temps d’amortir, ce qui rassure les propriétaires qui n’ont pas à “découper” l’immeuble à plusieurs locataires. Nous proposons des tarifs compétitifs à nos clients, ce qui est en général 60% plus intéressant que la location classique de bureaux. Les entreprises réfléchissent désormais à leurs mètres carrés. Spaces offre des solutions flexibles», poursuit le directeur.

L’affiliation - avec accès au Club Business (espace de coworking) durant les heures de bureau - monte à 226 euros par mois, ou à 386 euros par mois pour un bureau privé avec accès au Club Business. Un peu moins que la concurrence actuelle au Luxembourg, mais attention, Spaces n’est pas là pour accompagner les entreprises: «Nous sommes là pour répondre à de nouvelles façons de travailler des millennials qui veulent de la flexibilité, un cadre de travail agréable et surtout un accès facile aux transports en commun. Nous ne proposons pas de coach ou autre, nous mettons à disposition des espaces de travail avec une localisation très pratique», précise-t-il.

Cette implantation occupe les 7 étages du bâtiment Impulse - entièrement rénové - qui accueillait autrefois le siège de la KBL epb, au 5 Place de la Gare. On y compte 159 bureaux, 77 espaces de coworking et 6 salles de réunion.

Au rez-de-chaussée, le café-restaurant «Superfoods» accueille aussi les non-résidents de Spaces. Après des mois de rénovations, des semaines de peaufinage de la décoration, les locaux de Spaces sentent encore le neuf. L’ambiance est cosy alors que le chaleureux «Community Associate» Michael Brittingham fait la visite des lieux.

La décoration est moderne, les possibilités pour travailler sont nombreuses: sur une table, dans un coin feutré pour plus de calme, dans des salles de réunion pour plus d’échanges. Ça, c’est pour le Club Business, où tous les membres peuvent évoluer en mode «hot desking» (pas de bureau attitré). Les bureaux fermés, eux, s’enchaînent dans les étages avec des espaces de différentes tailles. Au rez-de-chaussée les membres disposent d’une petite salle de sport en accès libre, une salle de loisirs avec un billard ainsi qu’une salle avec un grand écran pour les visionnages de films.

Plus de cravates que de baskets

Peadar Coyle a démarré il y a quelques mois sa start-up entre Londres, Barcelone et Luxembourg. Il a passé deux jours chez Spaces pour tester l’expérience. Charmé par les locaux et l’accueil du personnel, il compare avec d’autres espaces de coworking: “L’ambiance était agréable, avec un ameublement de qualité et un accès facile au wifi et au café. Pas du niveau de WeWork, mais mieux que la plupart des espaces de coworking que j’ai pu essayer, notamment ceux au Luxembourg. Le marché est compétitif, il suffit de taper “espace de coworking Luxembourg” dans Google, et les publicités se multiplient. Pour Spaces, j’ai vu quelques noms de start-up dans le hall d’entrée, mais l’ambiance est clairement plus “business” que sweat à capuche que l’on retrouve dans d’autres endroits qui accueillent plus de start-up», remarque le jeune entrepreneur.

Avec un aspect plus «corporate» qu’ailleurs, William Willems reconnaît que l’on trouve plus de cravates que de baskets chez Spaces Luxembourg: «Nous accueillons une clientèle aussi bien costume qu’en jeans, des start-up, des scale-up, des corporate. Mais il faut dire qu’à Luxembourg c’est en effet plus corporate qu’à Bruxelles par exemple. Avec 6.400 mètres carrés de bureau, la demande des corporate est grande, ils sont désormais un peu coincés avec les centres Regus qui affichent bien souvent complet».

L’autre marque du groupe souffrirait-elle du dépoussiérage opéré par Spaces sur l’offre en terme d’immobilier de bureaux? «Les centres Regus vont de plus en plus ressembler aux Spaces. 80% de nos sites ont été rénovés en Belgique, de profondes rénovations sont en cours au Luxembourg», explique le directeur. Avec une ouverture prochaine (prévue pour juin) d’un nouveau Spaces Boulevard Royal, les clients des centres Regus actuellement rénovés vont pouvoir bénéficier de ce tout nouvel espace. Avec déjà 20 à 25% d’occupation prévue.

En avril 2022, Spaces s’installera à Gasperich au quartier de la Cloche D’Or, sur cinq étages dans un nouveau bâtiment. William Willems promet l’installation de huit Spaces opérationnels au Luxembourg d’ici à la fin de 2022. Une croissance qui décoiffe dans un secteur à flux tendu.


www.spacesworks.com