Pour la LPEA, la transposition de la directive AIFMD est l’occasion de booster la Place

LUXEMBOURG L’industrie des fonds occupe une position stratégique sur la Place financière, a souligné hier la Luxembourg Private Equity and Venture Capital Association (LPEA). Cette organisation qui compte dans ses rangs des maisons de capital-investissement et de capital-risque, mais aussi des acteurs qui fournissent des services complémentaires à ces branches, a d’ailleurs pointé du doigt le «défi à relever» pour le Grand-Duché. En effet, la transposition de la directive européenne AIFMD, consacrée aux gestionnaires de fonds alternatifs, pourrait inciter les acteurs concernés à localiser leurs fonds d’investissements au Luxembourg, le pays figurant sur la liste des destinations privilégiées avec l’Irlande et les Pays-Bas. Bref, la mesure «permettrait une consolidation et un renforcement significatif des activités et acteurs actuellement déjà établis au Luxembourg et un potentiel de développement très significatif de l’infrastructure déjà existante», pointe la LPEA dans son communiqué. Et d’ajouter que «la LPEA tient à féliciter le Gouvernement pour avoir décidé de faire figurer le Grand-Duché de Luxembourg parmi les “first movers”.» La transposition devrait en effet avoir lieu au plus tard le 22 juillet prochain via le projet de loi n°6471.

Quatre fois plus de membres

L’organisation est également revenue sur d’autres mesures gouvernementales, comme la réforme du «limited partnership» qu’elle a salué tant elle devrait offrir «aux acteurs du Private Equity un outil juridique dont ils sont familiers.» Par contre, la LPEA se montre moins enthousiaste face au volet fiscal du projet de loi qui «mériterait d’être revu, ceci pour mieux être en ligne avec le modèle organisationnel du Private Equity.»

Acteur critique, la LPEA tente également de renforcer sa visibilité par divers canaux. Ainsi, l’an dernier, l’association a participé à la conférence SuperReturn de Berlin, mais aussi à trois roadshows. Il faut dire qu’en trois ans, la structure s’est considérablement agrandie, passant de 25 à 99 membres. Il faut dire que le capital-investissement et le capital-risque pèsent lourds au Luxembourg, 2.000 emplois et plus de 200 milliards d’euros d’actifs sous gestion. CK