LUXEMBOURG
MARIA MADDALENA OLIVA

Les commerçants du quartier gare souffrent des travaux du Tram qui ont rendu les trottoirs impraticables et font fuir les clients. Ils demandent à travers une pétition une aide du gouvernement pour faire face à cette période très difficile pour eux.

«Ces dernières années, le quartier de la gare s’est vu réinvesti par de nombreux nouveaux arrivants qui souhaitaient contribuer, aux côtés des anciens commercants et à travers la diversité de leurs activités, à en faire un vrai lieu de passage et de vie. Ces petites entreprises font du quartier et de la Ville en général un pôle d’attraction propice à la création de sociétés, et au développement d’activités commerciales.

Aujourd’hui, les commerçants de la gare ont besoin que les politiques de la Ville de Luxembourg prennent réellement en considération leurs besoins. C’est pour cette raison qu’ils se mobilisent, sous forme également d’une pétition, en vue de demander une prise en charge majeure des risques associés aux travaux du tram à travers un plan d’action d’urgence. L’objectif est de demander une responsabilisation des administrations publiques vis-à-vis des besoins imminents des commerces à risques. Il s’agit de sauvegarder nombre d’emplois et la valeur ajoutée que ces commerces génèrent à court terme, ainsi que de protéger la possibilité de croissance sur le long terme.

Nous dénonçons un certain manque de prise en charge des conséquences liées aux travaux et souhaitons une réponse intelligente basée sur la réalité du terrain et adaptée à la crise des travaux actuelle. Nous demandons notamment l’allocation d’urgence de fonds publics aux commerces à risques, limiter les effets néfastes du projet sur les flux de transport, allonger les temps d’intervention des ouvriers, mettre à disposition les parkings pour les clients.

Bien sûr, la contribution du projet du Tram et d’aménagement permettra une revitalisation du tissu commercial à terme, et la modernisation des équipements commerciaux existants en embellissant le centre urbain. Luxtram a été mandaté pour gérer les plaintes à chaque dépôt de dossier et de s’occuper des conséquences liées aux travaux. Certains commerces, dont le trottoir a été arraché, ont découvert par hasard qu’ils pouvaient espérer avoir recours au chômage technique ou involontaire, ce soutien initialement prévu de bonne foi risque de s’avérer insuffisant pour certains. Rappelons qu’à l’heure actuelle, ce sont les commercants qui s’investissent en termes financiers et humains.

Pourtant, l’offre qu’ils proposent est aussi d’utilité publique! L’économie locale redynamise le centre-ville en offrant une meilleure qualité de vie par la proximité -également véritable soutien à l’environnement par le kilomètre zéro-, une réponse aux attentes des consommateurs, la personnalisation, la qualité, la réactivité du service. Les commerces de proximité c’est bien connu, favorisent le lien social (notamment des personnes âgées ou seules) en animant la vie urbaine et développant même la socialisation des enfants.

La réponse à cette crise des travaux pourra seule démontrer l’approche que le Luxembourg a pour l’esprit d’entreprise et l’innovation en garantissant la compétitivité de ses entreprises. Enfin, cette crise pourra être utilisée pour adapter la gestion future de la mise en œuvre des travaux en fournissant des pistes d’amélioration possibles en matière de protection de l’entreprenariat.»