BERTRANGE
CATHERINE KURZAWA

Le Centre thermal et de santé de Mondorf fête ses 30 ans cette année et se prépare à un chantier d’envergure

Le 1er mai 1988, le nouveau Centre thermal et de santé ouvrait ses portes à Mondorf-les-Bains. 30 ans plus tard, cette infrastructure est complétée par une vaste Pavillon Saunas et une salle de fitness moderne. Mais le Domaine Thermal s’apprête à faire peau neuve avec la rénovation à venir de ce complexe de bâtiments en béton apparent mais aussi de la piscine thermale. Le président du conseil d’administration du Domaine Thermal, Paul Hammelmann, détaille tout cela au «Journal».

Cette année, le Domaine Thermal fête ses 30 ans d’existence. Comment se porte-t-il?

PAUL HAMMELMANN Depuis peu, très bien. Nous avons sérieusement ressenti la crise générale qui a débuté en 2008 - la période où j’ai pris mon mandat d’ailleurs. Comme vous le savez, nous avons trois pôles d’activité: la cure, le wellness/fitness et l’horesca (hôtels, restaurants et évènementiel). Nous avons sérieusement ressenti non pas le manque de curistes mais le manque de clients dans l’évènementiel. Chez nous, la crise générale a été encore plus ressentie car nous sommes un très grand consommateur d’énergie. Et les coûts de l’énergie avaient pris un certain élan à cette époque. Mais pour 2016 et même 2017, nous sommes bénéficiaires.

Est-ce que vous comptez faire une célébration spéciale pour les 30 ans du Domaine?

HAMMELMANN Nous allons organiser une journée porte ouverte le 22 juillet à l’attention du grand public. Il pourra visiter toutes nos installations ainsi que le parc et une petite réception sera prévue.

Aujourd’hui, quels sont vos principaux concurrents?

HAMMELMANN Nous avons une concurrence qui n’existait pas à l’époque comme les Thermes à Bertrange-Strassen ou Pidal, à Walferdange. Elle est proche de Luxembourg-Ville et de ce fait peut mieux desservir la clientèle de la capitale. Nous avons le problème non pas de la distance mais du temps de trajet. Et cette concurrence n’est pas toujours très loyale car elle est énormément subventionnée par les communes sur le territoire desquelles elle est établie. Nous sommes un établissement public de droit privé et nous n’avons pas du tout d’aides publiques pour assurer notre fonctionnement. Nous avons certains avantages comme l’entretien des bâtiments puisqu’ils appartiennent à l’Etat. Donc, la concurrence est quelque peu déloyale mais on peut faire avec, il nous suffit d’être meilleurs. Nous sommes les seuls à bénéficier de l’eau thermale au Luxembourg. Et si on parle de concurrence étrangère, il y a certains établissements. Pour les cures, nous avons également et depuis peu des clients français car la sécurité sociale française prend cela en charge. Là, nous avons le monopole dans un rayon de 300 km.

Quels sont les projets futurs pour le Domaine Thermal? Y a-t-il des investissements en vue?

HAMMELMANN Oui. Nous allons devoir revoir notre infrastructure immobilière. Il y a 30 ans, lorsque cet ensemble avec le béton apparent en façade a été construit, il n’y avait pas encore la conscience écologique, il n’y avait pas encore les normes énergétiques et de toute façon, un rafraîchissement général est sérieusement devenu nécessaire.

Donc, ce seront des gros travaux?

HAMMELMANN Oui mais nous allons faire en sorte que les 300 salariés du Domaine ne soient pas au chômage. Nous fonctionnons selon le droit privé: on pourrait très bien licencier, mais nous ne le voulons pas. Nous avons soumis à l’Etat l’idée de rénover un autre bâtiment de 3.000 m² qui nous appartient et qui était utilisé jadis par la commune pour la piscine communale. Nous aimerions que ce bâtiment soit rénové pour la période des travaux afin d’y délocaliser l’activité. Il sera utilisé par après pour d’autres soins que nous voulons ajouter à notre offre. Nous ferons en sorte qu’une partie des cures pourra continuer. Et nous allons donc principalement nous refixer sur ce bâtiment qui va être agrandi. Et ensuite, nous sommes demandeur pour prester d’autres soins dans ce building comme des cures post-oncologiques et lymphœdèmes.

Qu’en est-il du bassin de la piscine thermale?

HAMMELMANN Sa rénovation est prévue dans ce chantier. Ce projet de loi comprendrait la rénovation des bâtiments en béton apparent où se trouvent les vestiaires et les infrastructures dédiées aux cures et une partie du wellness, ainsi que la rénovation du bassin de la piscine thermale. C’est un budget de quelque 145 millions d’euros.

Quand espérez-vous que le chantier débute?

HAMMELMANN On estime que le chantier va durer quatre ans. Nous espérons qu’une loi de financement sera votée sous cette législature et que les travaux vont pouvoir débuter en 2020. Par après, on va devoir fermer et une partie de nos prestations sera offerte dans l’ancien bâtiment de l’ancienne piscine en plein air. Nous espérons que le domaine tournera à 2/3. Notre souci primaire est la sauvegarde des postes. Certains seront en formation, d’autres surveilleront le chantier. Le bâtiment rénové étant relativement éloigné de notre infrastructure, on pourra fonctionner avec ce bâtiment. On a prévu un tunnel pour qu’on puisse aller profiter des saunas du plateau extérieur. Ensuite, on pense prendre ce bâtiment pour de nouvelles prestations qui s’ajouteront à l’offre existante.

Le Domaine Thermal est aussi concerné par la nouvelle classification des hôtels. Qu’en est-il?

HAMMELMANN D’après les nouveaux critères définis par le ministère du Tourisme, nous sommes éligibles pour un hôtel 5 étoiles. Et pourtant, nous allons postuler pour un 4 étoiles supérieur. Il y a certaines choses dont nous ne disposons pas comme un voiturier, un concierge qui arrange tout, un cadeau dans chaque chambre, une cuisine ouverte 24/24. Et c’est là où ça va coûter beaucoup d’argent. Et nous surveillons beaucoup ce qui se dit sur les sites d’avis en ligne. Mais 5 étoiles, on se demande si ça ne découragerait pas certains clients. Nous préférons rester un bon 4 étoiles supérieur que de devenir un mauvais 5 étoiles.

Quelles réalisations vous ont le plus marqué jusqu’à présent?

HAMMELMANN Le plateau saunas a été considérablement agrandi et est maintenant quasi unique en Europe. L’hôtel a été rénové. Pour les restaurants, nous avons entamé un re-conceptualisation. Nous avons des difficultés pour faire fonctionner le Jangeli malgré une cuisine de qualité. Par contre, pas de souci pour la brasserie Mauss Katti et le Chalet am Brill. Dans le parc, la Roseraie n’a toujours pas été rénovée malgré nos demandes, nous le regrettons avec les habitants de Mondorf et des alentours.

www.mondorf.lu