LUXEMBOURG
CATHERINE KURZAWA

L’économie collaborative bouscule aussi le monde du droit

Environ 300 participants sont attendus ce mardi soir au cabinet Arendt & Medernach pour assister à un colloque dédié à l’ubérisation de la société. Qu’ils soient avocats ou non, les participants écouteront l’analyse de Raphaël Coesme, consultant juridique au ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères. Il a plaidé l’affaire pour le gouvernement français et figurera parmi les orateurs.

Uber ou encore Airbnb, «c’est une nouvelle économie qu’il faudra certainement réguler», explique au «Journal» Maître Alain Grosjean de l’étude Bonn & Schmitt, et président du comité national luxembourgeois de l’UIA. C’est l’arrêt rendu le 20 décembre 2017 par la Cour de Justice de l’Union européenne consacré à Uber qui motive la conférence de ce soir. Les juges ont en effet estimé qu’Uber était un service de transports et que les États membres pouvaient soumettre l’entreprise d’origine américaine aux mêmes règles que les taxis.

L’UIA: un vaste réseau

Ce rendez-vous est organisé par le Barreau de Luxembourg et le Comité national luxembourgeois de l’Union Internationale des Avocats (UIA). Cette organisation rayonne dans 120 pays et réunit un réseau de quelque 2 millions de personnes, autant actives dans les barreaux nationaux que dans des institutions. «Le Luxembourg est l’un des membres fondateurs et a toujours été très impliqué dans l’UIA» précise Maître Alain Grosjean.

D’ailleurs, le Grand-Duché accueillera en novembre 2019 le 63ème congrès annuel de l’UIA, au sein de l’«European Convention Center» du Kirchberg. «Entre 1.000 et 1.300 avocats participent à ce type de congrès», souligne notre interlocuteur. Ça sera la quatrième fois que le pays accueille cet évènement après 1931, 1950 et 1983.


La conférence de ce mardi soir 18.00 est ouverte
à tous et est gratuite. Inscription obligatoire
sur le site tinyurl.com/uberisationUIA